[Mise à jour, 20 avril] Réaction de l’élu PS Matthieu Rouveyre

En plein débat parlementaire sur le mariage et l’adoption pour tous les couples, une série d’agressions homophobes avaient profondément choqué la communauté LGBT en France. Parmi elles, l’attaque d’un bar gay bordelais, le Go West, avait eu lieu dans la nuit du 17 au 18 avril 2013. Un homme installé en terrasse avait été violemment agressé par deux individus et ces derniers avaient ensuite causé des dégâts dans l’établissement.

Hier matin, un des agresseurs a été reconnu coupable et condamné par le tribunal correctionnel à deux ans de prison dont quatorze mois avec sursis et une mise à l’épreuve. La nouvelle a été accueillie «avec soulagement» par l’élu PS Matthieu Rouveyre. L’agresseur n’a pas été placé en détention et devra se présenter au juge des libertés pour un éventuel aménagement de sa peine. Si au moment des faits, l’homophobie n’avait pas été formellement avérée, l’enquête policière a permis de confirmer cette circonstance aggravante. Selon le journal Sud Ouest, l’homme âgé de 21 ans est proche des mouvements d’extrême-droite et notamment du groupe Renouveau français. Son avocat, Me Renaud Pruvost, aurait invoqué un contexte particulier propice à cette agression, des faits «qui se sont déroulés en plein mouvement contre le mariage pour tous, alors que les manifestants vivaient comme une injustice la répression dont ils ont fait l’objet». Cet argument lui aurait valu une mise en garde de la présidente. Jacques Godefroy, victime de l’attaque était présent lors de l’audience et s’est dit «satisfait» de cette condamnation «symbolique».

Pour l’élu PS ouvertement gay Matthieu Rouveyre, cette agression avait profondément marqué les esprits: «Cette affaire avait beaucoup ému la communauté LGBT bordelaise, explique-t-il à Yagg. Ces agressions ont été d’une rare violence et d’une grande lâcheté. À l’époque, nous étions nombreux à craindre qu’il s’agissait d’une expédition homophobe, d’autant qu’elle intervenait dans un climat délétère suscité par les opposants au mariage pour tous et quelques jours après une pareille agression à Lille.

Nous constatons que depuis plusieurs mois, les agressions homophobes sont davantage pris au sérieux par les magistrats et les policiers. Il y a un réel changement dans la manière de traiter ces affaires et il faut saluer le travail exemplaire qui a conduit à l’arrestation et à la condamnation d’un des auteurs de l’attaque.»

Que penser des arguments de l’avocat de l’agresseur? Pour Matthieu Rouveyre, ce moyen de défense est «purement abject»: «Il théorise l’idée qu’un comportement violent et homophobe peut être une réponse politique. Heureusement, il s’est fait recadrer par la présidente du tribunal qui, au regard de l’exemplaire condamnation, n’a vraiment pas du apprécier ce genre de propos.»

Photo JaHoVil