daniel-borrillo 500x309L’Union européenne, l’agence européenne des droits fondamentaux (1), le Conseil et le Parlement européen tout comme les autorités françaises (2) promeuvent la lutte contre le sexisme et l’homophobie au travers de la pédagogie. Cependant, force est de constater que cette tâche demeure trop souvent déléguée au mouvement associatif. Outre le rapport de l’association SOS homophobie, en France aucune étude scientifique provenant des institutions officielles n’a pas fait le point sur l’homophobie ni sur l’efficacité des mesures tendant à la sanctionner ou à l’éviter. Dans les statistiques épidémiologiques concernant le suicide, aucune référence n’est faite à la mort des adolescents homosexuels alors que depuis 1978 toutes les enquêtes montrent que les jeunes LGBT ont un taux de sursuicidalité plus élevé que leurs camarades hétéroseuxels.
Malgré quelques manifestation sporadiques, la question de la prévention de l’homophobie ne fait pas partie de la formation des juges ce qui explique la «politique» du Parquet vis-à-vis de la question. De même, les séances de sensibilisation à l’homophobie demeurent inexistantes dans la formation des policiers, des gendarmes, des gardiens de prisons…

REPRÉSENTATIONS HÉTÉROSEXISTES DANS LES MANUELS SCOLAIRES
Si, depuis quelques années, l’Éducation nationale affiche la lutte contre l’homophobie et l’aide aux élèves qui en sont victimes (3), les manuels scolaires ne cessent de véhiculer des représentations hétérosexistes aussi bien sur le plan historique, philosophique que social. Un guide pratique à l’usage des auteurs de manuels scolaires (4) vient de paraître proposant une certaine visibilité de l’homoérotisme dans les textes d’histoire qui ont occulté, mutilé ou tout simplement falsifié certains récits de l’Antiquité (5). De même, la déportation homosexuelle est souvent absente dans les livres d’histoire contemporaine.
Comme le proposent les auteurs du guide: «Il convient en premier lieu de veiller à ce que l’homosexualité, la bisexualité et l’homoparentalité ne soient ni invisibilisées, ni sous-représentées dans l’iconographie. La diversité des tendances et configurations socio-affectives qu’autorise la nature humaine n’a aucune raison d’être représentée proportionnellement aux fréquences supposées de chacune, variables selon les époques et les cultures, dont on serait bien en peine de définir les valeurs «naturelles» (c’est-à-dire indépendamment de tout conditionnement social). Il convient ainsi de ne choisir ni préférentiellement, ni a fortiori systématiquement, un couple hétérosexuel pour illustrer la sexualité ou la parentalité, ni une dyade mère enfant pour illustrer cette dernière (cela exclut en effet l’homoparentalité masculine des représentations de l’espace des possibles)».

RÔLE ESSENTIEL DES MÉDIAS
L’agence européenne souligne que «Les médias ont un rôle essentiel à jouer pour améliorer la perception des personnes LGBT, par exemple en évitant les affirmations homophobes, en encourageant un débat public informé et en présentant les questions LGBT de façon plus équilibrée ».
L’université devrait encourager la recherche en matière de discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et les études sur l’homosexualité. Dans les medias, les personnages gays et les couples de même sexe méritent une plus grande visibilité tout comme dans les romans et dans les films. Dans les milieux sportifs, au sein de la santé publique et surtout dans les familles, une véritable politique publique de lutte contre l’homophobie reste encore à construire (6).

(1) « Homophobie, transphobie et discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre dans les États membres de l’Union européenne », Rapport FRA, 2010.
(2) http://femmes.gouv.fr/un-vaste-plan-contre-lhomophobie/
(3) Martin Jean-Paul, « L’homophobie : un nouvel enjeu pour l’éducation à la citoyenneté ? », Le Télémaque 1/ 2003 (n° 23), p. 83-98
(4) Louis-Georges Tin (dir.). Guide pratique à l’usage des auteurs de manuels scolaires Quelques orientations pour penser la diversité, 2014.
(5) Comme par exemple, Sapho, Anacréon, Pindare, Catulle, Virgile, Horace, Tibulle, Martial ou à des personnages comme Alcibiade ou Antinoüs.
(6) Contrairement au Québec qui depuis 2007 mène une politique sérieuse dans la matière : http://www.cdpdj.qc.ca/publications/rapport_homophobie.pdf
Le titre ainsi que les intertitres sont de la rédaction.

Photo Campagne de la FIDL contre l’homophobie.