La Crimée a refusé ce lundi 14 avril la tenue d’une gay pride qui devait avoir lieu à Sébastopol les 22 et 23 avril. C’est la loi russe sur la «propagande homosexuelle» qui a servi de justification légale à cette interdiction. Avec beaucoup d’ironie, Andriy Maymulakhin, le président d’une organisation LGBT ukrainienne, évoque cet événement comme une des «améliorations» souhaitées par la Russie pour les LGBT de Crimée.

Divisée lorsqu’il a fallu voter sur le ralliement à la Russie, la communauté LGBT de la région pourrait voir de nouvelles mesures législatives s’imposer à elle. Le député russe Vitaly Milonov, co-auteur de la loi sur l’interdiction de la «propagande homosexuelle» auprès des mineur.e.s, a indiqué qu’il était prêt à aider Sébastopol à «se débarrasser du mal», à savoir l’homosexualité. «Il ne doit plus y avoir de gay prides, de spectacles homos ou de clubs homos, a-t-il indiqué à l’occasion d’un déplacement en Crimée, rapporte Gay Russia. Il faut aussi supprimer toutes les pages pour les homosexuel.le.s sur les réseaux sociaux.»

Vladimir Poutine a affirmé dans un communiqué que l’Ukraine est «au bord de la guerre civile». Une réunion rassemblant la Russie, l’Ukraine, les États-Unis et l’Union européenne doit avoir lieu aujourd’hui à Genève pour tenter de résoudre la crise et des pourparlers sont prévus demain, jeudi 17 avril.

Via Gay Star News.

Photo Capture