Dans un courrier daté du 24 mars adressé au Défenseur des droits, la ministre des Affaires sociales et de la santé s’est dite favorable à la levée de l’interdiction des soins funéraires pour les séropositifs.

Marisol Touraine s’appuie sur un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et de l’Inspection générale de l’administration, qui préconise un meilleur encadrement des pratiques de thanatopraxie, en limitant notamment leur pratique à des lieux dédiés  (jusqu’ici c’est autorisé à domicile). Voici ce qu’elle écrit dans son courrier:

« Dès lors que ces mesures seront effectives, l’interdiction des soins de conservation pour les personnes atteintes d’infection à VIH ou d’hépatites virales sera levée. Mes services préparent actuellement, en lien avec ceux du ministère del’intérieur, le cadre juridique qui permettra cette évolution des pratiques. »

Pour Aides, c’est une victoire. Dans un communiqué, Bruno Spire, son président, se félicite de cette décision:

« C’est une très bonne nouvelle car elle mettra enfin un terme à une discrimination insoutenable pour les personnes, leurs familles et leurs amis. Personne ne peut imaginer la violence que représente cette privation de deuil pour les proches, qui ne pouvaient faire leurs adieux dans des conditions dignes. »

Aides y voit également une victoire posthume pour Dominique Baudis à la tête du Défenseur des droits. L’homme politique décédé cette semaine s’était beaucoup impliqué dans le dossier.