Tel Vercingétorix capitulant face à César, le parc Astérix aurait-il cédé face aux sirènes – évidemment androgynes – du «gender»? Dans les couloirs du métro de Lutèce (surnommée Paris par les barbares), des affiches mettent en scène des femmes et des fillettes arborant la moustache d’Astérix… Ces visuels servent à la promotion du parc d’attractions qui fête ses 25 ans cette année.

photo parc asterix 448 photo parc asterix 500

Le ciel serait-il tombé sur les irréductibles Gaulois.es de René Goscinny et Albert Uderzo, pourtant réputé.e.s pour leur indéfectible résistance à l’envahisseur? À en croire CBNews, l’agence de publicité Extrême a tout misé sur la moustache dans cette campagne promotionnelle, à la fois pour l’effet de mode et pour la référence à Astérix. Mais fallait-il aller jusqu’à faire porter cet attribut masculin à d’innocentes fillettes? Les personnes vigilantes aux dérives que provoque le «gender» veilleront à se munir de potion magique (à base de poudre de merlin pinpin) pour riposter face à cette nouvelle attaque de la LGBT.

Ce n’est pas la première fois que la bande dessinée Astérix s’attaque ainsi aux stéréotypes de genre qui garantissent le bonheur de chacun.e à la place qui est la sienne. La belle Falbala privilégie par exemple les vêtements bleus alors que tout le monde sait que les femmes préfèrent le rose. Mais pouvait-on espérer autre chose d’une œuvre pour enfants dans laquelle deux hommes moustachus cohabitent avec un petit chien trop mignon?