On connaissait déjà la relation passionnée et hautement controversée, qui unissait Gandhi à Hermann Kallenbach, un architecte juif allemand, révélée dans une biographie intitulée Great Soul: Mahatma Gandhi And His Struggle With India de Joseph Lelyveld en 2011. Un livre interdit par les autorités indiennes dans la province de naissance du Mahatma et qui s’appuie sur une correspondance de plus de 40 ans entre les deux hommes rachetée pour 1,28 million de dollars par le gouvernement indien et conservée aux archives nationales à New Delhi.

Mais voilà que Gilbert Sinoué, interrogé par Gala à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage La nuit de Maritzburg, réitère: «Hermann Kallenbach est la personne que Gandhi a le plus aimée de toute sa vie». Les deux hommes se sont en effet rencontrés en Afrique du Sud en 1904 et ont fait vie commune durant une dizaine d’années.

Au sujet des lettres disparues de l’architecte, le romancier explique: «Peut-être étaient-elles trop explicites ou osées. S’ils ont eu des relations charnelles, cela n’a pu être le cas que pendant une courte période, puisqu’ils se sont rencontrés en 1904 et qu’en 1906 Gandhi faisait vœu d’abstinence.» Une idylle qui aura incontestablement marqué l’égérie de l’indépendance indienne jusqu’à la fin de sa vie et qui ne fait que confirmer les rumeurs de sa bisexualité.

À lire sur le site de Gala.

Photo Gandhi. The Man, his people, and the empire Rajmohan Gandhi p. 146