En 2011, Matt Dooley, joueur de tennis de l’université de Notre Dame, dans l’Indiana, aux États-Unis, a tenté de se suicider. Deux ans plus tard, il a fait son coming-out auprès de son équipe. Il y a un mois, il publiait une tribune sur le site Outsports, dans laquelle il racontait son histoire. Il est ainsi devenu le premier athlète ouvertement homo de son université. Il est encore surpris de l’ampleur du soutien qu’il a reçu, commente-il dans un article publié sur le site de l’université.

Et on le comprend. Issu d’une famille catholique et militaire, étudiant d’une université catholique, il ne sait que trop bien ce que son église pense de l’homosexualité. Et pourtant, quelques heures après la publication de son texte sur Outsports, dans lequel il expliquait aussi vouloir que l’université travaille avec le projet You Can Play, Matt a été reçu par le vice-président de l’université, Jack Swarbrick, chargé du département sportif, qui a affirmé vouloir l’aider à mettre le projet en place. Toutes les équipes sportives de l’université – 26 au total – ont rejoint le jeune homme. La vidéo a été tournée mi-mars.

L’article est accompagné d’une vidéo qui relate ce coming-out. «La confiance entre coéquipiers ne se limite pas au terrain», indique la description de la vidéo, qui donne le mot de la fin à Matt Dooley:

«Je ne peux pas expliquer Notre Dame. D’une certaine façon, c’est chez moi, c’est mon équipe, ce sont mes amis, c’est ma famille… C’est tout cela, et j’ai tout donné sur le terrain pour cet endroit, et j’ai reçu énormément en retour. C’est super cliché, mais c’est chez moi.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪Matt Dooley – The Team Bond‬