Le monde du sport qui s’engage entièrement dans la lutte contre l’homophobie, vous en rêviez? Et bien, l’Australie l’a fait. Mercredi 9 avril, à un peu moins de 5 mois de la Bingham Cup, la coupe du monde de rugby gay, organisée à Sidney du 24 au 31 août, les dirigeants de l’Australian Football League (AFL – football australien ou footy) – Andrew Demetriou –, de l’Australia Rugby Union (ARU – Rugby à XV) – Bill Pulver –, de la National Rugby League (NRL – Rugby à XIII) – Dave Smith –, de la Football Federation of Australia (FFA) – David Gallop – et la Cricket Australia – Ben Amarfio – se sont engagés à éliminer l’homophobie de leurs sports respectifs et à mener des politiques inclusives pour les personnes lesbiennes, gays, bi.e.s et trans’.

Et l’organisation de la Bingham Cup n’y est pas pour rien, puisque ses organisateurs, accompagnés du Sidney Convicts, le plus important club gay de rugby à XV, sont à l’initiative de la signature de cet engagement pionnier. «Beaucoup de gays, de lesbiennes et de bi.e.s sont encore dans le placard, ou laissent tomber le sport à cause de comportements homophobes et des discriminations, a notamment soulevé Andrew Purchas, président la Bingham Cup. Il y a très peu d’athlètes professionnel.le.s ouvertement homos qui se sont senti.e.s suffisamment en sécurité pour vivre librement leur sexualité alors qu’ils/elles sont en activité et, au bout du compte, servir de modèles. Avec ces initiatives, nous espérons observer de profonds changements dans la culture du sport.»

«Les principales fédérations sportives se sont engagées à faire plus qu’éliminer les attitudes homophobes. Elles se sont engagées à créer un environnement inclusif et chaleureux pour les gays, les lesbiennes et les bi.e.s, qu’ils/elles participent en tant que joueurs/euses, officiel.le.s ou supporters.»

Bill Pulver, directeur exécutif de l’ARU, veut y croire: «Tout simplement, nous pensons que chaque individu – qu’importe qu’il soit joueur, supporter, coach ou administrateur – doit se sentir en sécurité et bienvenu, quels que soient sa race, son genre ou sa sexualité.»

UN SPOT CONTRE L’HOMOPHOBIE À LA TÉLÉVISION ET… DANS LES STADES
En parallèle, un spot publicitaire de 30 secondes intitulé We can play contre l’homophobie sera diffusé tout au long de l’année à la télévision et dans les stades.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Bingham TV! – You Can Play !

Produit par l’organisation Play by the rules qui lutte contre les discriminations et le harcèlement dans le sport, il met en scène différentes stars du sport australien comme Alessandro del Piero (football), Paul Gallen (rugby à XIII), David Pocock (rugby à XV), Lauren Jackson (basketball) ou Libby Trickett (natation). «Le talent, l’attitude, l’effort, c’est ce qui compte. Si tu sais jouer, tu peux jouer», martèlent les athlètes dans le clip.

GREG INGLIS ENCOURAGE LES JOUEURS GAYS DE LA NRL À FAIRE LEUR COMING-OUT
Super star du rugby à XIII australien, Greg Inglis, demi d’ouverture des South Sydney Rabbitohs, a de son côté déclaré qu’il soutiendrait les joueurs gays de la NRL prêts à faire leur coming-out. «Si quelqu’un veut faire son coming-out et dire qu’il est gay ou qu’il ne l’est pas, je suis pour», a-t-il confié à l’agence de presse australienne AAP. Une position qui tranche avec la timidité – ou le manque de courage – du football français à ce sujet. À ce jour Ian Roberts est le seul joueur de rugby à XIII australien à être sorti du placard, en 1995.

greg inglis

Alors que le Premier ministre australien Tony Abbott est toujours opposé à l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe, bien que sa sœur soit lesbienne, cette union sacrée du sport est un signal fort envoyé à la société australienne. En attendant les résultats concrets.

Photos &DC (équipe nationale de basket)et Naparazzi (Greg Inglis)