[mise à jour, 18h55] Ajout de la vidéo du discours de Manuel Valls et résultat du scrutin

Hué durant la quasi-totalité de son discours de politique générale par l’opposition ce mardi 8 avril, le Premier ministre Manuel Valls a cependant été acclamé sur les bancs de la gauche. Dans les premières minutes de sa prise de parole, l’ancien ministre de l’Intérieur a condamné «la montée du racisme, de l’antisémitisme, de l’intolérance» et indiqué que «les actes anti-juifs, anti-musulmans, anti-chrétiens ou homophobes doivent être combattus avec une même sévérité».

Si Manuel Valls s’est félicité de l’ouverture du mariage, il a précisé que les autres réformes du droit de la famille devront attendre, sans préciser de calendrier: «La République, c’est avant tout les mêmes droits et les mêmes devoirs pour tous les citoyens. La République, c’est la sécurité. La République, c’est la laïcité. C’est l’essence de notre nation, sa sève, sa flamme.»

«La France c’est aussi un pays de liberté», a-t-il avancé avant de répéter à plusieurs reprises: «Oui, elle est belle la France. Cette majorité l’a montré en ouvrant le mariage aux couples même de sexe. Mais je souhaite l’apaisement et c’est la volonté du président de la République. Et c’est aussi cela la gauche! La gauche est fidèle à elle-même et à ses valeurs quand elle sait s’adresser à tous et rassembler.

«Dans un pays traversé par des fractures, des rumeurs, notamment sur cette soi-disant «théorie du genre» à l’école, tous les républicains doivent savoir s’écouter, se retrouver et éviter les surenchères dont les extrémismes au fond sont les seuls vainqueurs. […]

«Je pense à la famille, sujet sur lequel nous devons continuer à légiférer dans le seul intérêt de l’enfant.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Manuel Valls prononce son discours de politique générale – 8 avril 2014

Difficile de ne pas voir là un nouveau coup de grâce porté à l’ouverture de la PMA, qui intervient le jour de la publication du rapport d’Irène Théry sur la filiation, les origines et la parentalité, où toutes les familles, qu’elles soient hétéro-, bi- ou homoparentales sont traitées de la même façon.

Sur les 571 député.e.s qui ont participé au vote, 306 ont accordé leur confiance au nouveau gouvernement, tandis que 239 ont voté contre.

L’ambiance houleuse dans l’hémicycle pendant le discours de Manuel Valls a marqué l’ancien ministre de l’Éducation Luc Ferry, pour qui les vociférations des parlementaires furent un spectacle «consternant», comme il l’a indiqué sur Facebook: «Comment demander à nos enfants de se conduire convenablement dans une classe si les députés se conduisent comme des abrutis devant tous les Français? C’est indigne, dégradant, littéralement consternant. Cela me rappelle toutes les raisons pour lesquelles j’ai quitté ce monde politique dérisoire, mal élevé, dénué d’intelligence, de culture, de civilité, bref, d’humanité…»