Une pierre de plus pour l’égalité. Commandé en octobre 2013 par la ministre déléguée chargée de la Famille Dominique Bertinotti, le rapport Iréne Théry Filiation, origines et parentalité, qui se présente comme une longue réflexion sur les mutations et les nouvelles réalités de la famille en France depuis plus de 50 ans, après avoir été remis le 10 février 2014, était resté sous le coude de la ministre, peut-être par peur d’une instrumentalisation par d’éventuel.le.s détracteurs/trices.

On connaît la suite: une loi famille sans cesse repoussée, et des revirements sur la PMA, dans un premier temps annoncée dans la loi, puis écartée, car trop «clivante» au lendemain de la «Manif pour tous» du 2 février. À la suite du feu vert de l’Élysée, le rapport a finalement été rendu public sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et il sera présenté mercredi 9 avril au soir par le groupe de travail présidé par la sociologue et directrice d’études à l’EHEES, Iréne Théry, et sa rapporteur Anne-Marie Leroyer.

Interrogée ce matin mardi 8 avril au micro de France Culture, la sociologue est catégorique: «C’est un rapport qui est fait pour qu’on sorte de la politisation excessive, de l’hystérisation de ces questions et qu’on en revienne à des faits».

«Personne n’a le droit de s’arroger le monopole des valeurs sur la famille. Tous nos contemporains ont des valeurs extrêmement fortes en matière de filiation.»

Long de 353 pages, le rapport Filiation, origines et parentalité préconise entre autres:

  • – Une large réforme de l’adoption de manière égalitaire pour tous les couples qu’ils soient en concubinage, pacsés, ou mariés.
  • L’ouverture de la PMA aux couples de femmes selon les mêmes modalités que pour les couples hétérosexuels.
  • – Le même accès aux origines pour tous et toutes.
  • – La reconnaissance des enfants nés par GPA à l’étranger.

 

«C’est la première fois que, dans un rapport sur la famille, les familles homoparentales sont traitées à égalité, ont les mêmes droits que toutes les autres familles», souligne Irène Théry pour Yagg. Mais «un rapport, c’est un rapport. Après, c’est au politique de s’en saisir», conclut-elle.

Première association à réagir, l’Association des familles homoparentales (ADFH) qui dans un communiqué reconnaît «des propositions globalement en phase avec [ses] revendications», tout en soulignant que «le rapport Théry met le nouveau gouvernement face à ses responsabilités».

Pour plus d’informations, lire aussi notre interview d’Irène Théry: «J’attends du gouvernement qu’il arrête de se taire sur la famille»

Photo Xavier Héraud