«20 ans après sa création, Sidaction a une nouvelle fois pu compter sur le soutien du public», se réjouissent les responsables du Sidaction dans un communiqué. Pour cette vingtième édition de l’opération, 5 millions d’euros de promesses de dons ont été recueillis par les bénévoles. Ce montant reste stable par rapport à l’an dernier (5,1 millions d’euros).

Au cours de ces deux décennies, 300 millions d’euros ont été collectés, finançant l’aide aux malades, la prévention, mais aussi la recherche et les soins, notamment en redistribuant cet argent à des associations de lutte contre le VIH aujourd’hui mal en point. Les dons sont encore possibles jusqu’au 15 avril.

Cet événement médiatique fut l’occasion de pourfendre quelques préjugés hâtifs. Jeudi 3 avril, le présentateur du journal télévisé de TF1 Gilles Bouleau a affirmé que le sida, «comme d’autres maladies chroniques, on n’en meurt pas». Face à lui, le président du Sidaction Pierre Bergé a remis les choses au clair en rappelant qu’en 2014, même dans les pays développés, «on en meurt».

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Le sida vu par le 20h sur TF1 le 3 avril 2014