Little Gay Boy, d’Antony Hikcling, est un film en trois parties (trois courts-métrages) sur la conception, la naissance et la vie d’un jeune gay, JC.

Puisant son inspiration dans de nombreuses œuvres d’artistes gays illustres (Genet, Pasolini, Jarman), le réalisateur a su créer son propre univers. Très marqué par le religieux, Little Gay Boy est aussi, comme l’explique Antony Hickling dans l’interview qu’il a accordée à Yagg, l’histoire d’une émancipation. À ses côtés durant l’interview, l’un des acteurs principaux de la troisième partie du film (Holy Thursday-The Last Supper), Manuel Blanc ((César du meilleur espoir masculin pour J’embrasse pas d’André Techiné). Il interprète rien moins que Dieu, père de JC! Il raconte que ce film l’a beaucoup intéressé «parce qu’il dit des choses importantes sur la sexualité, sur l’homosexualité et sur la figure du père dans l’homosexualité».

Par les thèmes qu’il aborde (dont l’inceste), par ses images souvent provocantes, Little Gay Boy est un film dérangeant. Comme l’est le parcours de ce jeune homme, confronté à la violence des hommes.

Little Gay Boy
, d’Antony Hickling, avec Gaëtan Vettier, Amanda Dawson, Manuel Blanc, Stéphanie Michelini (L’Harmattan).

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Little Gay Boy, interview d’Antony Hickling et de Manuel Blanc par Yagg.