Après Samia Ghali, candidate aux primaires socialistes à Marseille, et seule tête de liste PS à avoir remporté son secteur dimanche 30 mars face à la droite, lors du second tour des élections municipales, c’est au tour de Patrick Mennucci, tête de liste PS à Marseille, écrasé par le maire Jean-Claude Gaudin (UMP), de déclarer dans une interview au journal Le Monde que «les mesures sociétales», et en particulier le mariage pour tous, ont fait perdre des voix à la gauche. Au sujet de la politique nationale du gouvernement, il analyse: «Elle m’a coûté, par exemple, mon secteur. Sur le terrain, on a toujours entendu les mêmes choses: les retraites taxées, le poids des impôts. Dans mon arrondissement, en centre-ville, il y a aussi eu la question du mariage pour tous.»

Patrick Menucci poursuit: «Pas chez des catholiques qui se seraient radicalisés – ceux-là ne votaient pas pour moi –, mais plutôt dans la communauté musulmane. Il y a eu une campagne assez dure menée sur le terrain. Des tracts avec ma photo en train de célébrer un mariage homosexuel ont été diffusés.» Et de conclure son «analyse»:

«Je ne dis pas que Samia Ghali a raison. Je confirme que ces mesures sur les grandes questions de société nous ont coûté des voix sur le terrain.»

À lire sur Le Monde.