[mise à jour, 21 mai] Ajout des précisions d’All Out en fin d’article.

Selon une pétition de l’organisation All Out, le ministère de l’Éducation se serait soumis à l’influence de la Manif pour tous et aurait repoussé à plusieurs reprises depuis le début de l’année 2014 une nouvelle action du dispositif Ligne Azur, qui vient en aide aux jeunes LGBT.

Contacté par Yagg, Alain Miguet, le rédacteur en chef de Ligne Azur, explique la situation: «Il y a environ trois semaines, nous avons été contactés par le ministère de l’Éducation nationale. La campagne serait bien maintenue, mais il souhaitait agir avec prudence, et a demandé à ce qu’une page particulière, avec une URL différente, contenant essentiellement la question mail et le numéro de la ligne soit créée.» Plus question donc d’orienter directement vers le site Ligne Azur, l’objectif du ministère est, selon Alain Miguet, de privilégier le soutien aux jeunes LGBT et la prévention contre le suicide. Néanmoins, même s’il n’est plus l’objet direct de la campagne, le site Ligne Azur restera accessible et n’a pas été modifié en quoi que ce soit, comme le rappelle Alain Miguet, malgré les attaques qu’il a subies: «Le ministère souhaite mieux cadrer l’action, c’est tout», assure-t-il, peu inquiet. Pas question donc de supprimer la sensibilisation auprès du public scolaire.

De son côté, l’organisation All Out est beaucoup plus alarmiste. La pétition, lancée le 29 mars et désormais intitulée «La Manif pour tous veut faire quoi?!», précise à travers le mail envoyé à ses soutiens que «des membres du réseau Manif pour tous parviennent à bloquer le lancement de cette action nationale initialement prévu en janvier au nom de la supposée « théorie du genre »»… sans apporter plus de précision. Yagg a contacté Guillaume Bonnet, porte-parole de l’organisation, pour en savoir plus: Des personnes identifiées sont-elles à l’origine du blocage dénoncé par l’organisation? Ou s’agit-il d’un climat général qui aurait effrayé le ministère? «Un peu des deux», concède Guillaume Bonnet qui explique qu’All Out s’est appuyée sur le billet publié sur le site de Libération Les élèves homos attendront et la lettre de Vincent Peillon qui présentait les engagements de son ministère dans la lutte contre les discriminations à l’école, pour monter cette pétition, que l’organisation compte adresser à l’Éducation nationale.

Toujours d’après le mail envoyé aux soutiens d’All Out, le dispositif Ligne Azur est aussi composé d’une ligne d’écoute, d’un site internet complet et d’ateliers. Or Ligne Azur n’intervient pas autrement qu’à distance, via Internet et sa permanence téléphonique. D’autre part, Ligne Azur n’existe pas depuis 7 ans, mais depuis 1997, comme le fait remarquer Alain Miguet, qui précise n’avoir jamais été contacté par All Out dans le cadre de cette pétition. Pour sa part, l’organisation réaffirme la nécessité de son action: «Le but de cette pétition n’est pas de chercher des coupables, assure Guillaume Bonnet, mais de rappeler au ministère que même s’il y a remaniement, il faut que la lutte contre les discriminations et le suicide des jeunes LGBT soit prioritaire.»

Après publication de cet article, l’équipe de All Out a souhaité «confirmer avoir pris contact avec la Ligne Azur et le Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire qui ont les premiers lancé l’alerte dans une lettre au ministère de l’Éducation. Face aux attaques contre l’ABCD de l’égalité ou encore la PMA, et après deux reports du lancement de la campagne Ligne Azur, les craintes d’un abandon étaient prégnantes. La mobilisation des membres de All Out a contribué au lancement de la campagne Ligne Azur, poussant également le gouvernement à prendre des engagements pour l’année prochaine. Le post sur Facebook annonçant cette victoire a aussi permis de faire connaître la Ligne Azur à plus de 120000 personnes.»