Si vous avez un tant soit peu suivi les résultats de ce deuxième tour des municipales 2014, vous aurez retenu que la gauche subit une lourde défaite, que l’UMP et l’UDI triomphent, que le Front National fanfaronne avec sa petite dizaine de villes gagnées et que les écolos et le Front de Gauche, malgré tout, se félicitent d’avoir limité la casse. Pas certain, dès lors, que l’Inter-LGBT et HES, qui avaient appelé à faire battre l’homophobie, aient été très entendues.

La gauche n’a toutefois pas tout perdu: la très gay-friendly Anne Hidalgo succède à Bertrand Delanoë à la tête de Paris. Les associations LGBT, qui s’inquiétaient des conséquences d’une droite qui dirigerait la ville, peuvent respirer.

Côté élu.e.s LGBT, on dénombre aujourd’hui une petite dizaine de maires ouvertement gays ou lesbienne en France, ainsi de nombreux conseillers municipaux et de nombreuses conseillères municipales.

Petit tour d’horizon des têtes de liste LGBT, donc.

Ils/elles avaient gagné au premier tour

Ils ont gagné au second tour

  • Patrice Bessac (FDG) est le nouveau maire de Montreuil (93), 103 000 habitants. L’élu avait évoqué son homosexualité dans une interview à Tetu.com
  • Rémi Féraud (PS) a été réélu dans le Xe arrondissement parisien.
  • François Vauglin (PS) a été élu dans le XIe arrondissement à Paris.
  • François Dagnaud (PS) a été élu dans le XIXe arrondissement à Paris.
  • La situation est plus confuse pour Christophe Girard (PS) dans le IVe arrondissement. L’ancien adjoint à la culture de Paris avait d’abord été annoncé perdant. Il a ensuite été annoncé gagnant, mais son avance est si réduite (une cinquantaine de voix) qu’elle pourrait être contestée.

Ils ont perdu au second tour

  • Mathieu Klein (PS) a été battu à Nancy.
  • Eddie Aït (PRG) a perdu la mairie de Carrières sous Poissy.

Résultats notables de candidat.e.s anti-LGBT au second tour

  • Brigitte Barèges (UMP) a été réélue à Montauban.
  • Bernard Poignant (PS) perd la mairie de Quimper.
  • À Chateauroux et Gien, le PS s’était allié avec des candidat.e.s de la manif pour tous. Un pari perdant puisque les deux listes sont arrivées en deuxième position.

Photo Rama