Judith Silberfeld
: She Used To Love Me A Lot, Johnny Cash
Johnny Cash est mort en 2003, mais sort ce mardi 25 mars un album «retrouvé», Out Among The Stars, sur lequel se trouve ce titre.

 


Bénédicte Mathieu
: We Are Family, Sister Sledge
Tous les 25 mars, j’ai cette chanson dans la tête.

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=3UNWThZ-kQU


Julien Massillon
: No One, Alicia Keys
Peut-être à cause de la sœur de The Voice Italie, peut-être à cause de Her qui m’a rendu d’humeur sensible, je me suis mis à chantonner No One en boucle en pensant à ma maman alors que ce n’est même pas la Fête des mères. Je pense que je commence à vieillir.

 


Xavier Héraud
: Everything Must Change, Nina Simone
Entendu une belle version de cette chanson en live en vendredi. Nina forever.

 


Maëlle Le Corre
: Walk Like A Man, Divine
En voyant l’excellent documentaire I Am Divine (dès demain dans les salles), j’ai découvert entre autre chose que l’égérie de John Waters s’était aussi essayée à la chanson. La flopée de singles sortie durant les années 80 ne sont probablement pas ce que l’on retiendra de Divine, mais malgré tout, la voir chanter et se déhancher, moulée dans une robe de satin rouge, multipliant clins d’œil outranciers et mimiques libidineuses, cela reste franchement jubilatoire.

 


Florian Bardou
: Héliopolis, Florent Marchet
Dans les bacs depuis le mois de janvier, l’album Bambi Galaxy de Florent Marchet est une petite merveille de pop cosmique. Parmi cette constellation de chansons galactiques, Héliopolis est une ode au corps nu et au naturisme. Alors comme c’est le début du printemps, profitons-en!

 


Étienne Pouettre
: Something Else, Diamond Rings
C’est ma dernière playlist! Je vous laisse avec le beau Canadien John O’Regan, alias Diamond Rings, du groupe Matters.

 


Fatima Rouina
: Boom Boom, John Lee Hooker
D’humeur blues ce matin, pour les fin.e.s connaisseurs/ses, vous reconnaîtrez l’un des succès du bluesman John Lee Hooker, j’ai nommé Boom Boom.

 


Christophe Martet
: Moments in the Woods, Joanna Gleason
Le théâtre du Châtelet poursuit sa programmation des comédies musicales de l’immense Stephen Sondheim. Dès le 1er avril, nous nous promènerons dans les bois avec Into The Woods, qui revisite les contes pour enfants. Un avant-goût avec l’un de mes airs préférés, et cette phrase à méditer: «But if life were only moments, then you’d never know you had one».