Act Up comme Aides connaissent actuellement d’importantes difficultés. Pour Bruno Spire, président de Aides, cela tient notamment du manque de volonté politique. Pour lui, «la prévention devient une variable d’ajustement», «la santé n’est aujourd’hui plus une question prioritaire» pour le gouvernement et les subventions publiques ont diminué de façon conséquente au cours des dernières années. Un «mauvais calcul» que la société devra assumer dans quelques années lorsqu’il s’agira de prendre en charge les traitements de personnes dont on aurait pu prévenir la maladie. À écouter sur France Info.

Photo Capture