Yagg
Yagg | 21.03.2014 - 14 h 26 | 0 COMMENTAIRES
Droit de réponse d’Olivier Ciappa
Publié par
Olivier Ciappa nous a fait parvenir un droit de réponse suite à l'article «Timbre Marianne : Olivier Ciappa se justifie, David Kawena sort de son silence».

Olivier Ciappa nous a fait parvenir un droit de réponse suite à l’article «Timbre Marianne : Olivier Ciappa se justifie, David Kawena sort de son silence»

«Le 3 mars 2014, Yagg a publié sur son site un article intitulé «Olivier Ciappa se justifie, David Kawena sort de son silence», qui contient des allégations me mettant directement en cause.

Cet article met directement en cause ma probité, reprenant à son compte la thèse défendue depuis quelques jours par Shaul Dadon, aka David KAWENA, qui viendrait de s’apercevoir que j’aurais, dans des articles publiés il y a près de 8 mois, revendiqué la paternité exclusive du timbre Marianne.

Pour démontrer mon «usurpation de paternité», selon ses propres mots, l’auteur de l’article analyse un article publié dans Huff Post le 15 juillet 2013, dans lequel je parlerais de «ma» Marianne.

Je tiens à préciser tout d’abord que je n’ai pas écrit moi-même cet article. Je n’ai fait que donner une interview qui s’est transformée en tribune écrite en mon nom où mes propos ont été mal compris et déformés. Je m’en suis expliqué à maintes reprises, notamment dans une tribune parue dans Le Monde du 19 Juillet 2013.

Quoi qu’il en soit, je n’arrive toujours pas à comprendre le problème : un père (ou une mère) qui parle de «son» fils ou de «sa» fille, usurperait-il la paternité de l’autre parent?

Je le redis donc, la Marianne reproduite sur le timbre est bien ma Marianne, tout comme elle celle de Shaul, chacun y ayant apporté ses propres inspirations.

Il est par ailleurs affirmé dans l’article qu’il n’y aurait aucun doute sur le fait que Shaul Dadon est l’auteur de la Marianne. Il n’aura échappé à personne que le caractère péremptoire de cette affirmation n’est étayé d’aucune preuve, si ce n’est que Shaul DADON est capable de reproduire son dessin. Cela ne permet toutefois pas de conclure que je n’ai pas participé à sa création.

Je souhaite préciser que le timbre Marianne ne constitue pas la première collaboration entre Shaul et moi. Son avocat prétend que durant de nombreuses années je n’aurais été que le représentant de ses droits en France. Or, c’est complètement faux. Je suis un artiste. Pas un agent, ni un avocat. Nous avons travaillé pendant quatre ans et demi sur beaucoup d’autres projets, notamment beaucoup d’autres timbres de La Poste, sur lesquels nos deux noms figurent toujours, et des livres d’enfants où nous apparaissons toujours comme co-auteurs.

Nous avons toujours travaillé de la même manière, et nous avons toujours co-signé nos projets de la même manière. Cela n’a jamais posé la moindre difficulté et, à ma connaissance, Shaul n’a jamais contesté ma qualité de co-auteur sur tous nos précédents projets en commun.

S’agissant des accusations dont j’avais fait état, et que l’article qualifie de «mystérieuses», elles avaient été relayées dans un article de blog reproduit sur lemonde.fr, en juin 2013, quelques semaines avant la sortie du timbre. Elles sont à nouveau reprises dans un récent article publié sur lefigaro.fr le 6 mars dernier («Timbre Femen: vers un procès en France»).[Le lien vers l'article a été supprimé, ndlr]

Je précise que je pense, du moins j’espère, que Shaul DADON/David KAWENA n’est pas l’auteur des dessins associés à son nom. Il n’en reste pas moins que les accusations rapportées dans ces articles sont graves et que la polémique qui risquait d’en découler était évidemment extrêmement gênante.

Enfin, pour terminer, si Shaul n’a pas reçu d’invitation pour la cérémonie de l’Elysée, c’est, comme l’a indiqué lefigaro.fr dans l’article susvisé, tout simplement qu’il n’a jamais voulu révéler sa véritable identité, qu’à l’époque je ne connaissais pas (il nous avait fait croire, à La Poste, à L’Elysée, et à moi-même que son véritable nom était David VINABER), et n’a en conséquence jamais voulu envoyer une copie de sa carte d’identité ou de son passeport, qui était exigée par l’Elysée.

 

Réponse de Yagg:

Ce droit de réponse appelle plusieurs commentaires de notre part.

Tout d’abord, nous avons contacté le Huffington Post pour vérifier les dires de M. Ciappa. Il est exact que la tribune mentionnée est une interview transformée en tribune. Cependant, la personne chargée des contributions sur le site nous a affirmé qu’Olivier Ciappa était conscient de cela et qu’il a d’ailleurs fait parvenir quelques jours plus tard une version corrigée, version qui est en ligne actuellement. Ce n’est que récemment, depuis nos révélations sur le procès que lui intente David Kawena, qu’Olivier Ciappa demande le retrait de cette tribune. Par ailleurs, le photographe dit s’en être expliqué dans une tribune publiée dans Le Monde (qui est une reprise de la deuxième tribune publiée dans le Huffington Post – les deux titres appartenant au même groupe). Nous n’avons pas trouvé trace de ces explications dans la tribune.

Autre point, Olivier Ciappa affirme que David Kawena n’a jamais contesté leur partenariat dans leurs collaborations précédentes. L’avocat de David Kawena, que nous avons contacté, nous a précisé que justement, selon lui, ce sont plusieurs problèmes de ce type qui ont conduit à la fin de cette collaboration.

Dernière précision sur la présence de David Kawena à l’Elysée. Ce dernier nous fait savoir par son avocat qu’Olivier Ciappa lui avait bien demandé de produire une pièce d’identité, mais sans en préciser la raison et seulement deux jours avant la cérémonie. «Par conséquent, en raison du manque de confiance dans les requêtes de M. Ciappa, M. Kawena n’a pas jugé utile de lui fournir une pièce d’identité», précise l’avocat.

Print This Post
Avatar de Yagg
Publié par
Yagg est le premier média social LGBT.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Les commentaires sont fermés

Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.