Jeudi 13 mars, à l’initiative du ministère de la Santé, de l’Action sociale et de l’Égalité des chances du gouvernement de Wallonie, un projet de décret a été adopté qui donne l’agrément aux Maisons arc-en-ciel, espaces d’accueil des associations LGBT locales, pour obtenir un financement structurel de la région wallonne.

En Belgique, les Maisons arc-en-ciel sont chargées d’assurer la promotion du bien-être des personnes LGBT et de l’aide aux personnes. En Wallonie, il en existe deux: à Namur, la capitale, et à Liège. Une troisième doit être prochainement créée à Mons.

Pour obtenir l’agrément de la région, ces Maisons devront fournir une aide sociale et juridique et un accompagnement psychologique, mais aussi organiser des actions de lutte contre les discriminations envers les personnes LGBT et informer.

Dans un communiqué du 13 mars, la ministre wallone de l’Action sociale Eliane Tillieux a ainsi détaillé les motivations de cette mesure: «Malgré toutes ces avancées les discriminations subsistent, a-t-elle rappelé. L’étude « Discrimination des lesbigays dans le monde du travail » de l’Université de Gand démontre qu’un peu moins de 25% des LGBT qui ont répondu à l’enquête subissent une homophobie indirecte dans leur vie professionnelle. C’est dans ce cadre que le projet de décret visant à l’agrément des maisons arc-en-ciel est fondé.»

En fonction du nombre d’habitant.e.s dans chaque province qui compose la Wallonie, le gouvernement pourra décider d’agréer une on plusieurs antennes décentralisées des Maisons arc-en-ciel dont le montant du financement n’a pas été communiqué. Le gouvernement wallon reconnaît par ailleurs une fédération des Maisons arc-en-ciel.

Photo Jean-Pol GRANDMONT