À quelques mois des Universités d’été euroméditerranéennes des Homosexualités (UEEH) qui se tiendront à Marseille du 17 au 30 juillet prochain, la commission qui organise le colloque des UEEH le 26 juillet cherche des contributions autour de l’histoire et de l’évolution de l’activisme LGBTQI dans sa dimension transgénérationnelle. Sont appelé.e.s à participer tout type d’intervenant.e.s du milieu associatif, du monde de la recherche mais aussi les militant.e.s et les artistes LGBTQI.

Pour les organisateurs/trices des UEEH, la question de l’inter-générationnalité est un thème essentiel: «Nous ne pouvons que constater une réduction des personnes plus âgées présentes et nous souhaitons nous remettre en question sur l’image des UEEH et sa diversité». Ils et elles poursuivent: «La mémoire des luttes est importante, plus particulièrement à cette époque où des droits se créent (le droit au mariage gay et lesbien, la place de l’identité de genre dans des textes légaux et le suivi des personnes trans’) et d’autres continuent d’être violemment brimés (la PMA, les remboursements des soins trans’ associés à la psychiatrisation, les refus de financement des associations de minorisées, etc.), une époque où les homophobies se rendent nettement visibles et où nos espaces de liberté et de visibilité tendent à se réduire÷ en entrant dans un fonctionnement de plus en plus commercial et normatif de « la » communauté LGBT, jetant nos corps dissemblables hors du chemin».

En amont, Les Invisibles de Stéphane Lifshitz, Nitrate Kisses de Barbara Hammer et Eagora?Lembra-me de Joaquim Pinto seront projetés pour introduire les discussions. Le colloque sera suivi d’ateliers pour développer les thèmes évoqués le dimanche 27 juillet à Luminy. Toutes les propositions d’interventions (15 à 30 minutes) sont à envoyer à educpop@ueeh.net avant le 30 mai, et celles qui seront retenues seront annoncées le 16 juin.

Créées en 1979, les UEEH sont des rencontres militantes ayant pour but de s’extraire de l’hétéropatriarchat et de s’organiser collectivement deux semaines durant en juillet. Elles sont «un moment privilégié de débats, d’échanges, et de vie en collectivité», rappelait en 2009, sur Yagg, Nicolas Favellier, un membre du conseil d’administration des UEEH, à l’occasion de leur 30e anniversaire.

Photo Thomas Rosenau