Il était considéré par certain.e.s comme le Harvey Milk français. Jean Le Bitoux, mort du sida le 21 avril 2010, fondateur du magazine Le Gai Pied en 1979 et militant homosexuel, aura dès samedi 15 mars un square de la ville de Montreuil à son nom, juste à côté de logements passerelles pour les Roms.

L’inauguration aura lieu rue Paul Bert à 11 heures et sera accompagnée d’un discours de Dominique Voynet, maire de la ville. Elle sera également le point de départ symbolique d’une série d’inauguration de jardins de Montreuil. Ont d’ailleurs répondu présent.e.s lors de la cérémonie d’inauguration Christophe Girard, maire du IVe arrondissement de Paris, Pierre Serne, tête de liste EELV à Vincennes, Jean-Luc Romero, conseiller régional d’Île-de-France, Pierre Guénin, journaliste et écrivain, Alain Burosse, réalisateur, Les Sœurs de la perpétuelle indulgence ou encore SOS homophobie.

INVIT A5 LE BITOUX.indd

«Dans notre film Le Gai Tapant, un hommage à Jean Le Bitoux, pour rigoler Jean disait qu’il méritait une plaque à son nom. L’idée nous est restée et la ville de Montreuil l’a retenue», explique Voto, réalisateur du documentaire avec Goa et grand ami du militant disparu. Les deux réalisateurs de la boîte Vidéotor films organisent d’ailleurs la semaine contre l’homophobie chaque année dans la ville du 93. «On a été contacté il y a un mois. L’équipe municipale voulait faire ça avant le départ de Dominique Voynet», ajoute-t-il.

Pour Alain Callès, adjoint de Dominique Voynet à la lutte contre les discriminations, cette plaque hommage, décidée depuis quelques années, s’inscrit aussi dans un travail sur la mémoire de la lutte contre l’homophobie initié depuis 2008 à Montreuil. «Jean Le Bitoux, ça nous paraissait tout naturel qu’il ait une plaque. C’est quelqu’un encore assez ignoré, c’est normal qu’il ait un lieu à sa mémoire», confie-t-il.

Sur la plaque sera gravée l’inscription suivante: «Jean Le Bitoux, journaliste, écrivain et militant de la lutte contre l’homophobie».

Photo Claude TRUONG-NGOC