Le 10 mars 1994, le Bundestag allemand a complètement supprimé le paragraphe 175 de son code pénal. Ce paragraphe pénalisait les relations homosexuelles. Et encore, ce ne fut pas parce qu’en 1994 la volonté politique y était, mais bien parce que la réunification avec l’Allemagne de l’Est, où l’homosexualité n’était plus pénalisée depuis 1968, ne laissait pas d’autre choix juridique. Peu avant la chute du mur, les dernières discriminations avaient été supprimées en DDR, comme la question de la différence de l’âge du consentement mutuel dans les relations hétérosexuelles ou hétérosexuelles.

La liste des pays qui pénalisent encore aujourd’hui les relations homosexuelles entre adultes consentant.e.s est longue. Comme par exemple l’Ouganda, l’Inde ou l’Iran, pour ne citer qu’eux. L’Allemagne ne fait plus partie de ce sinistre groupe depuis 20 ans.

Reste cependant la question de la réhabilitation et de l’indemnisation des personnes homosexuelles condamnées après la deuxième guerre mondiale. Les personnes condamnées en RFA entre 1945 et 1994 sont toujours considérées comme ayant commis des actes délictueux. Plusieurs Länder plaident cependant pour une réhabilitation, comme en témoigne l’exemple récent de la Rhénanie-Palatinat (Rheinland-Pfalz).

Luc Lebelge

Photo via Queer.de / DR

En partenariat avec Munich and Co.