L’ensemble du dossier constitué contre Hagai Felician, soupçonné d’être l’auteur de la fusillade de Tel Aviv en 2009, ne tient plus. Deux personnes sont mortes et 15 autres ont été blessées lors de cette fusillade survenue dans les locaux d’une association où se réunissaient des jeunes LGBT. Les preuves avancées contre Hagai Felician, notamment un enregistrement, auraient été fabriquées de toutes pièces. Le témoin qui avait avancé ces documents est depuis hier, lundi 10 mars, l’objet de poursuites, indique le quotidien Haaretz.

En retrouvant des messages supprimés sur l’application Whatsapp, la police est parvenue à retrouver des échanges entre Hagai Felician et le témoin: celui-ci avait proposé 4000 shekels (un peu plus de 800 euros) à Hagai Felician pour enregistrer sa voix dans ce qui était censé servir à faire chanter une tierce personne. D’après la thèse avancée par la police, le témoin a en fait utilisé cet enregistrement compromettant pour provoquer la condamnation d’Hagai Felician. Une confrontation entre les deux hommes a eu lieu devant les enquêteurs/trices, mais le témoin a refusé de parler.

Hagai Felician était le principal suspect parmi les quatre personnes mises en examen dans cette affaire. S’il a reconnu avoir participé à un chantage, il a toujours nié être l’auteur de la fusillade. Il a été libéré il y a quelques jours.

Photo Talmoryair