À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l’association SOS homophobie publie un premier aperçu des résultats d’une enquête portant sur la visibilité et la lesbophobie menée en 2013.

7126 personnes ont répondu au questionnaire, dont la majorité a moins de 30 ans. 78% d’entre elles se définissent comme lesbiennes, 16% comme bisexuelles, 5% ne s’identifient pas à une orientation sexuelle et 1% comme hétérosexuelles. Parmi les chiffres significatifs, il s’avère que 59% des répondantes affirment avoir subi de la lesbophobie au cours des deux dernières années. Les chiffres montrent encore que s’affirmer lesbienne ou bisexuelle ne va pas forcément de soi, notamment dans le cadre de la famille ou du travail. Elles sont 65% à vivre ouvertement leur orientation sexuelle dans le cercle d’ami.e.s.

Les chiffres portent aussi sur le comportement en couple dans l’espace public. Les répondantes s’autorisent à montrer leur affection en fonction du contexte: elles sont 54%, en ce qui concerne se tenir la main (pour 25% de «oui»), 53% pour s’embrasser en public (pour 21% de «oui»). En outre elles sont 63% à ne pas manifester d’affection par peur des réactions hostiles. Un chiffre qu’il est possible de mettre en lien avec une autre donnée: la majorité des marques de lesbophobie (insultes, moqueries, incompréhension, rejet, discriminations) a justement lieu dans l’espace public, avec 47% des cas. Viennent ensuite la famille (14%), le travail (11%), le milieu scolaire (8%), l’entourage proche (6%), le voisinage et Internet (tous deux à 3%).

L’ensemble des résultats sera publié le 25 novembre 2014.

Voir les premiers résultats.

Photo SOS homophobie