«Même si vous, vous n’étiez pas homophobe, vous avez redonné la parole aux homophobes.» Après avoir délivré un certificat de non-homophobie contestable à Virginie Merle-Tellenne, alias Frigide Barjot, ex-égérie de la «Manif pour tous» (lire Dire que la «Manif pour tous» est homophobe, ce n’est pas de la diffamation selon la justice et Plainte en diffamation contre Jean-Pierre Michel: Virginie Tellenne et la «Manif pour tous» déboutés), Laurent Ruquier et Aymeric Caron se sont attachés à lui faire admettre qu’elle était responsable de la libération de la parole homophobe.

Si elle n’est pas homophobe, pourquoi faire écrire la préface de son livre par Ivan Rioufol, éditorialiste très conservateur du Figaro? «C’est quelqu’un de fidèle», répond Virginie Merle-Tellenne, qui précise qu’elle et lui se rejoignent en ce qu’ils ne contestent pas «les droits du couple homosexuel». Le discours n’a pas changé, les homos ont le droit d’être homos mais pas d’avoir des enfants.

Elle se reconnaît d’ailleurs tout à fait dans les résultats du sondage publié par Le Parisien à la mi-février, selon lequel 51% des catholiques «pratiquant.e.s occasionnel.le.s» et 58% des catholiques «non pratiquant.e.s» acceptent le mariage de couples d’hommes ou de femmes, tandis que 42% des catholiques (21% pour les pratiquant.e.s régulièr.e.s) approuvent le droit à l’adoption pour les couples homos.

Virginie Merle-Tellenne admet néanmoins qu’en prenant la tête, avec la «Manif pour tous», du mouvement contre la loi Taubira, elle a libéré la parole homophobe. «Je ne peux pas vous dire le contraire», concède-t-elle avant de donner sa version des choses: les organisateurs/trices ont conclu un pacte selon lequel «l’union civile n’était plus un problème pour eux».

http://youtu.be/BZ_2YUoItMo

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Frigide Barjot « Qui suis-je pour juger? » – On n’est pas couché – 08/03/14 #ONPC

La discussion a bien sûr aussi porté sur la PMA, à laquelle la fondatrice de L’Avenir pour tous s’oppose, que ce soit pour les couples homos ou hétéros, si le donneur est anonyme. Elle estime que la PMA doit être réservée aux couples médicalement stériles, ce que ne sont pas les couples de femmes. Virginie Merle-Tellenne a également réfuté être seule responsable «de la situation actuelle», soulignant que «pour casser un mouvement de masse, on le radicalise».