Pendant 18 mois, un employé de l’enseigne Pizza Hut à Créteil a été harcelé et moqué par sa manageuse et d’autres employé.e.s en raison de son homosexualité présumée. «Quand j’arrivais, certains collègues criaient « hé pédé ». Parfois, je répondais. A la fin, c’était humiliant», raconte le jeune homme de 23 ans dans Le Parisien. Début février, il a obtenu un arrêt de travail pour état dépressif.

INTIMIDATIONS
C’est lorsqu’un délégué syndical s’en est mêlé et a demandé une enquête que la direction de Pizza Hut a commencé à mettre la pression… sur la victime et sur les quelques salarié.e.s qui l’ont défendu. Hichem Aktouche, délégué du personnel chez Pizza Hut Delco raconte en effet le refus d’aborder le sujet lors d’une réunion le 22 janvier, puis avoir alerté sur le problème par courrier, sans obtenir aucune réponse par la suite. C’est finalement un courrier pour un entretien préalable à sanctions qui lui a été envoyé, à lui et à trois autres collègues, dont le jeune homme ciblé par les propos homophobes. Hichem Aktouche est accusé de retard sur plusieurs commandes, un manager de ne pas avoir compté sa caisse en fin de service: «Des prétextes» pour le délégué du personnel, qui aurait même reçu des menaces physiques venant des proches de la manageuse qui aurait tenu des propos homophobes.

CONDAMNATION DU PARTI COMMUNISTE
Le Parti communiste a tenu à montrer son mécontentement face au comportement de l’entreprise Pizza Delco France: «Ces quatre convocations, extrêmement rares au sein d’un même restaurant, font suite au soutien apporté par ces salariés à l’un de leur collègue, victime d’insultes homophobes répétées de la part de la direction de son magasin, à Créteil. Ce dernier est aujourd’hui en arrêt maladie.» Le parti a condamné «fermement de telles pratiques discriminatoires, ainsi que les pressions exercées au plus haut niveau du groupe Pizza Delco France pour intimider et réduire au silence ses salariés. En procédant ainsi, la direction de l’enseigne marche sur la tête: au lieu de combattre l’homophobie, elle s’attaque à ceux qui la dénoncent.»

PIZZA HUT FAIT MACHINE ARRIÈRE
Depuis une semaine, la presse s’est emparée de l’affaire et la direction de Pizza Hut aurait finalement opéré un rétropédalage. Dans un communiqué publié lundi 24 février, elle affirme ne tolérer «aucune discrimination»: «Si ces accusations s’avéraient fondées, nous prendrions les mesures adéquates pour que ce type d’incident ne se reproduise plus.» Une enquête a été lancée. Pendant ce temps, le jeune homme victime de harcèlement aurait réintégré son poste et la personne qui aurait tenu des propos homophobes a finalement été mutée.

Photo BrokenSphere