Société | 24.02.2014 - 11 h 29 | 0 COMMENTAIRES
  • antoine maurice
  • Conseil représentatif des institutions juives de France
  • Crif
  • hes
  • Jean-Christophe Sellin
  • Jean-Luc Moudenc
  • Nicole Yardeni
  • pierre cohen
  • toulouse

Toulouse: 2 000 personnes dans les rues contre les discriminations

Publié par
Les associations signataires regrettent cependant des incidents à l'encontre de personnes issues du Crif, qui ont fait l'objet d'«attaques verbales» au départ de la marche.

[mise à jour, 25 février] Revendication de l'action contre le Crif par le groupe radical Organisation communiste marxiste-léniniste Voie Prolétarienne

Samedi 22 février se tenait à Toulouse une manifestation en réaction aux tags homophobes et antisémites inscrits sur les façades de plusieurs bâtiments dans la nuit du 15 au 16 février. Organisée par l'association Arc En Ciel Toulouse, elle a rassemblé environ 2 000 personnes. Plusieurs associations se sont jointes à l'événement, dont le NPA, la Ligue des droits de l'homme, SOS racisme, la FSU ou encore Act Up. Le cortège est parti symboliquement de l’Espace municipal des Diversités et de la laïcité, qui fait partie des lieux touchés par les inscriptions néo-nazies. Présent pour montrer son soutien à la manifestation sans toutefois y participer, le maire PS Pierre Cohen a rappelé son engagement contre toutes les discrimination: «Le PS sera toujours là pour lutter contre le racisme, l'homophobie et l'antisémitisme.» Le candidat UMP à la mairie de Toulouse Jean-Luc Moudenc avait aussi tenu à être présent pour montrer son opposition à ces «attaques inacceptables», mais n'a pas non plus manifesté. Ont pris part à la marche le candidat Europe Ecologie Les Verts Antoine Maurice, ainsi que Jean-Christophe Sellin, candidat du Front de Gauche dont la permanence avait elle aussi été taguée.

Des débordements ont cependant gâché la tenue de cet événement porteur de tolérance et de solidarité. Des personnes présentes s'en sont pris à plusieurs membres du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), dont Nicole Yardeni, la présidente, qui a montré sa profonde déception face à une telle violente: «On ne s'attendait absolument pas à cet accueil, on vire des juifs d'une manifestation qui s'exprime contre l'antisémitisme.» Arc En Ciel Toulouse a fait part de ses regrets suite aux «incidents qui se sont déroulés en début de manifestation» et rappelle qu'«aucune des organisations signataires n'a participé à ces invectives»:

«Arc En Ciel Toulouse tient à rappeler son combat contre toute forme de discrimination. Nous maintenons nos engagements de lutte contre l'antisémitisme et renouvelons notre solidarité au Comité Représentatif des Institutions juives de France (Crif) face à l'antisémitisme.»

Une position rejointe par Homosexualités et Socialisme (HES) Toulouse-Midi-Pyrénées qui a rappelé que «c'est dans l'union que l'on combat l'intolérance et non pas en laissant vivre en notre sein cette même intolérance»: «Nous regrettons et condamnons les attaques verbales subies par la présidente du Crif par quelques personnes présentes dans le cortège.»

L'Organisation communiste marxiste-léniniste Voie Prolétarienne a revendiqué avoir voulu faire partir les membres du Crif, ainsi que les militant.e.s UMP et le candidat Jean-Luc Moudenc au départ de la marche. Dans leur communiqué de presse, les militant.e.s radicaux expliquent que le Crif, qu'ils/elles considèrent comme «une organisation raciste fidèle soutien à la politique coloniale d’Israël depuis 1947» n'avait selon eux/elles, pas sa place dans la manifestation.

Photo Arc En Ciel Toulouse

Print This Post
Photo du profil de Maëlle Le Corre
Publié par
Journaliste de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.