Chats, Société | 22.02.2014 - 11 h 02 | 0 COMMENTAIRES
  • gpa
  • Hollande égalité des droits
  • loi famille
  • Manif Pour Tous
  • olivier besancenot
  • oui oui oui
  • pma

«Oui Oui Oui réfléchit à porter la question de la PMA devant la Cour européenne des droits de l’homme»

Publié par
PMA, droit des trans', GPA: Le 14 février dernier, Anne et Fred, du collectif Oui Oui Oui, ont répondu aux nombreuses questions des internautes.

Yagg: Nous sommes ravi.e.s d'accueillir Anne et Fred du collectif Oui Oui Oui.

Oui Oui Oui (Anne et Fred): Ravi.e.s d'être là et très content.e.s de pouvoir répondre à vos questions et d'échanger avec les internautes.

pascale m: Qu'en est-il de vos rencontres avec le gouvernement sur le calendrier de la loi pour la PMA? Pensez-vous organiser une manifestation avec les syndicats et autres politiques comme EELV? Je fais partie d'un collectif et nous nous posons la question et si nous pouvions organiser plusieurs manifestations dans plusieurs villes en même temps!

Fred: Il n'y a pas de négociation avec le gouvernement, il refuse nos demandes de rendez-vous. On est mis systématiquement devant des décisions arbitraires sans même en avoir été averti.e.s. C'est le cas sur la PMA et sur la loi Famille. Nous n'avons pas d'interlocuteurs dans les ministères, c'est ce qui explique le nombre d'actions qu'on est amené à faire.

Anne: Oui Oui Oui aimerait organiser des grandes manifs mais on ne sent pas les partis ou les syndicats très mobilisés sur cette question de la PMA.

Vincent:  Face à un gouvernement qui cède devant les franges les plus conservatrices de la population, les communautés LGBT doivent-elles adopter des répertoires d'action plus radicaux ?

Anne: Et bien oui oui oui! C'est d'ailleurs ce que nous faisons en intervenant face aux représentant.e.s du gouvernement et du PS qui ont trahis leurs promesses. C'était le cas samedi dernier, face à Bruno Le Roux [président du groupe PS à l'Assemblée nationale], à l'Assemblée nationale.

Fred: Nos actions seront peut être moins "bisounours" ou plus fréquentes. Nous avons d'autres principes et valeurs chez nous, nous ne lançons pas de pavé sur les CRS. Les principes de nos actions sont totalement pacifiques. On aimerait avoir des canons à paillettes pour jeter sur les anti, mais bon... 🙂

RomainSHA: Le collectif Oui Oui Oui a demandé un rendez-vous avec Bruno Le Roux après l'action de la semaine dernière. Est-ce que la demande a été faite en bonne et due forme (mails ou courrier) ou seulement sur Twitter? A-t-il reçu une réponse pour un rendez-vous?

Fred: On est allé faire une action au PS, on passe notre temps à faire des communiqués de presse. Je comprends cette question mais nous ne sommes plus dans une question de procédure. Nous ne sommes plus dans la position de faire des demandes, on est dans l'interpellation publique. Si les ministres souhaitent nous parler, ils savent où nous trouver.

Steph: Bonjour et Bravo pour vos actions. Sincèrement, attendez-vous quelque chose du CCNE? Et si jamais il rendait un avis positif, croyez-vous que le gouvernement mettra en place la PMA?

Anne: Nous ne reconnaissons pas la légitimité du Comité consultatif national d'éthique puisque nous ne sommes pas sur une question d'éthique mais d'égalité des droits. Par ailleurs c'est un comité consultatif, donc le gouvernement suivrait l'avis du comité, c'est donc un peu biaisé. Le débat est censé être repoussé en 2015.

Fred: Nous sommes complètement baladé.e.s sur cette question.

pa-yverdon: En laissant de côté la GPA et en axant les revendications uniquement sur le PMA, n’avez-vous pas l’impression qu’on laisse de côté les hommes homosexuels en attente de paternité?

Fred: Nous ne les laissons pas de côté. L'objet et les revendications de Oui oui oui sont l'égalité.

Anne: Nous ne sommes pas sur les mêmes débats quand on parle de GPA et de PMA. La GPA n'est légale pour personne en France et c'est véritablement une question de bioéthique alors que l'ouverture de la PMA à toutes les femmes est une question d'égalité.

Fred: La question de la GPA n'est pas tranchée au sein de Oui Oui Oui, il n'y a pas une position collective.

Anne: Il y a urgence à protéger les enfants qui sont nés de GPA et permettre leur reconnaissance en droit.

Cline: Olivier Besancenot parlait (sur France 2 dans «Mots Croisés» face à Nadine Morano ) du fait qu'il faudrait des manifestations les prochaines semaines concernant la PMA et la loi Famille. Avez-vous essayé de contacter des personnalités chez les Ecolos et le Front de Gauche qui pourraient aider à une mobilisation ?

Fred: Nous les connaissons tous très bien. On fait des actions non stop, lorsqu'on fait un appel, les gens sont les bienvenus.

Anne: Nous sommes une petite organisation sans moyens. Il faudrait que les gros partis se mobilisent avec leurs moyens.

Romy: On voit peu d'hommes aux manifs et dans les actions de Oui Oui Oui, est-ce parce qu'à part les trans FTM, ils ne se sentent pas concernés? Si oui, comment impulser une solidarité?

Fred: Je suis pas trans' mais cisgenre, on va essayer de ne pas ramener le débat au binaire hommes-femmes. Ce qui nous anime, ce sont des revendications communes. C'est un collectif féministe et lesbien à la base. Ce collectif s'est créé parce que la parole des lesbiennes était totalement occultée. Les seuls qu'on entendait était les pédés.

Anne: Chacun qui se reconnait dans ces deux termes, lesbienne et féministe, peut rejoindre le collectif. La plupart des revendications ne sont pas personnelles mais sur un modèle de société. Ce sont plus des revendications universelles d'égalité et de progrès social.

Fred: On ne va pas aller dans ce genre de discours. Quand les lesbiennes se sont mobilisées contre le sida, et qu'elles ont occupé le terrain, on s'est pas posé la question de savoir si elles étaient touchées par le sida. Je n'ai pas besoin d'être une lesbienne pour défendre la PMA, comme l'a rappelé Gwen Fauchois.

Benji: Si la manif pour tous m’autorise à paraphraser son désormais célèbre «Je ne suis pas homophobe mais…» je voudrais poser la question suivante: J’adore Hollande naturellement mais… j’aimerais plus encore qu’il se fasse recadrer par l’Europe sur la PMA. Dans quelle mesure est-ce possible?

Anne: On réfléchit à l'idée de porter la question de l'ouverture de la PMA devant la Cour européenne des droits de l'homme puisqu'on est face à une discrimination. On adorerait retoquer Hollande là-dessus.

Fret : Pourquoi ne pas s'associer avec des groupes lesbiens européens pour créer des manifestations?

Fred: Cette convergence des combats existe déjà, on a défilé avec les activistes espagnoles contre la remise en cause de l'avortement. Ces rapprochements sont naturels. Il y a eu de nombreux soutiens de groupes européens. J'étais à Bruxelles hier, il y avait les affiches de Oui Oui Oui dans les locaux d'une association.

Anne: La PMA est légale aux Pays-Bas, en Belgique, en Espagne, au Danemark, en Autriche.

Fred: Il va bientôt ne rester que la France et le Vatican pour ne pas ouvrir la PMA!

Cline: Il y a actuellement une désinformation sur la PMA qui est présentée comme quelque chose de dangereux par les médias alors qu'elle existe depuis des années. Comment lutter contre cette désinformation?

Anne: Le discours dans les médias insiste sur le fait que les enfants seraient «perturbés» par le fait de ne pas connaître leur origine. Plus de 20000 enfants naissent de PMA par an en France aujourd'hui. Je ne crois pas qu'ils soient atteints de pathologie particulière. C'est la responsabilité des médias de faire leur travail et de donner une information claire, simple et équilibrée.

Delphine: Bonjour. Avez-vous le sentiment que Béatrice Bourges a gagné une bataille, voire la guerre?

Anne: Béatrice Bourges n'a rien gagné, c'est son dernier sursaut, parce que ce qu'elle représente est en train de mourir.

Fred: Elle n'a rien gagné. Si elle n'a rien gagné, ce sont par contre les citoyens et citoyennes qui perdent un peu plus en progrès. On les renvoie dans une morale très particulière, du XIXe siècle. Leur discours, c'est la domination des hommes blancs, catholiques, bourgeois sur la société. Leur discours est oppresseur, c'est celui d'une classe dominante. Il suffit de voir leurs manifestations pour s'apercevoir qu'ils ne laissent aucune place pour ceux et celles qui ne sont pas de la classe dominante. Elle ne gagne rien, mais Copé et Guaino non plus.

RomainSHA: Dans vos démarches vous battez-vous pour l’extension de la PMA pour les couples de femmes seulement ou aussi pour toutes les femmes célibataires (quelle que soit leur sexualité)?

Anne: Oui Oui Oui se bat pour toutes les femmes, quelque soit leur orientation sexuelle et leur statut. C'est une question de liberté de disposer de son corps et de ses organes reproducteurs.

Visiteur: Bonjour et merci pour les actions de Oui Oui Oui notamment pendant les manifs de 2013, c'était vraiment très bon. J'ai voulu un moment donné participer au sein du collectif et je me suis manifesté il me semble sur la page Facebook mais j'ai eu l'impression que le noyau dur était finalement assez peu inclusif, que le noyau dur des personnes actives n'étaient pas forcément dans une démarche d'ouverture. Avez-vous l'intention de faire grandir la participation et la base active du collectif?

Fred: On l'a déjà dit, il n'y a pas un noyau dur mais un groupe restreint. On n'est pas rémunéré, on a nos jobs à côté, on essaie de conjuguer vie professionnelle, vie privée et militantisme, les gens sont les bienvenus, nous ne rejetons personne.

QHenon: Pourquoi ne travaillez-vous pas avec les associations LGBT installées comme l'Inter-LGBT qui regroupe la majorité des associations présentes sur le terrain?

Anne: On travaille très bien avec l'Inter-LGBT. On est complémentaire, ces associations sont plus installées, elles font un travail de lobby, nous sommes plus dans l'action.

Fred: On entretient depuis le débat des partenariats très forts avec Gouine comme un camion, Les Dégommeuses, Fol Effet, Aides, Act Up, les DurEs à Queer, etc.

Yoann: Bonjour. On voit sur vos actions que vous êtes très peu nombreuses et très peu nombreux? Vous sentez-vous un peu seul.e.s dans la communauté?

Anne: On ne se sent pas seul.e.s. Nous ne sommes pas toujours très nombreuses sur les actions, on a du mal à mobiliser depuis la loi sur le mariage.

Fred: Il faut faire une distinction entre les rassemblements déposés où il peut y avoir du monde et les actions comme l'interpellation de Bruno Le Roux où il n'y a pas besoin de beaucoup de monde.

Fret: Avez-vous connaissance d'études sur la PMA ?

Anne: De quel genre d'études parlez-vous? Si c'était pour prouver que la famille homoparentale était plus perturbante, nous avons des tas d'études qui montrent que le modèle de la famille «traditionnelle» est largement générateur de difficultés et de névroses.

Nicolas Rividi: Pensez-vous que la PMA pourra vraiment se gagner dans la rue, via des mobilisations de masse, ou faut-il inventer d'autres modes d'action?

Anne: C'est un peu ce qu'on fait. Nous faisons des rassemblements, des marches mais aussi du lobby, des actions zap, nous produisons de l'information pédagogique. On est train d'organiser un lâcher de licornes au-dessus de la rue de Solférino. 🙂

Numa Numantius: Est-ce que le collectif Oui oui oui deviendra un jour une association?

Fred: Le collectif n'avait pas pour objectif de perdurer. Si le président Hollande avait tenu ses engagements, la question de notre pérennité ne se serait pas posée.

Anne: Notre priorité c'est l'action.

Fred: Notre autre priorité, c'est la protection des militantes sur les actions.

Johnny: Envisagez-vous de vastes campagnes d'affichage mural, comme Act Up en son temps?

Fred: Si un ou une généreuse mécène veut nous financer, notre génial Adam Love se fera un plaisir d'être créatif.

Visiteur: Et les associations féministes sont-elles à vos côtés?

Anne: L'ouverture de la PMA pour toutes les femmes est une revendication féministe que tous les groupes féministes devraient défendre et globalement, elles le font.

Johnny: Merci de la réponse. D'ailleurs, comment et où peut-on vous faire des dons?

Fred: Nous avions fait plusieurs appels à dons pour financer la visibilité du groupe sur les grosses marches l'an dernier.

Anne: On pourra en refaire et nous l'annoncerons sur notre site ouiouioui.org Nous n'avons pas de besoin pour des frais de fonctionnement.

Fred: Nous continuons et ce qui nous anime c'est la convergence des luttes de toutes les minorités. On va continuer à se battre contre le sexisme, la lesbophobie, l'homophobie et la transphobie et la biphobie. Mais également contre le racisme.

Anne: Nos sujets prioritaires restent l'obtention de la PMA pou toutes les femmes, la reconnaissance de la filiation pour tous les enfants, le droit au changement d'état civil pour les personnes trans'. Et plus généralement, on se bat dans un climat délétère pour l'égalité en général et l'égalité entre les hommes et les femmes et la lutte contre la réaction morale.

Print This Post
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.