Les 20 mois passés en prison n’auront pas refroidi Nadezhda Tolokonnikova et Maria Alekhina, les deux membres de Pussy Riot, qui se sont rendues avec le groupe à Sotchi pour continuer à protester contre le gouvernement de Vladimir Poutine. Des actions à haut risque évidemment, puisque le groupe féministe-punk a subi plusieurs tentatives d’intimidation depuis son arrivée dimanche 16 février, notamment des arrestations. Suspectées de vol avec effraction dans leur hôtel, elles ont été appréhendées par la police trois fois en début de semaine. Leur nouvelle vidéo intitulée Poutine va t’apprendre comment aimer montre par ailleurs que c’est désormais à coups de fouets que les autorités russes entendent les faire taire.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Pussy Riot – Putin will teach you how to love / Путин научит тебя любить Родину

CLIN D’ŒIL
Si le groupe n’a rien perdu de son influnce punk, cette nouvelle composition est clairement plus léchée que la prière punk qui les a fait connaître début 2012. Côté paroles, les filles de Pussy Riot ponctuent la chanson par des clins d’œil à la communauté LGBT: «Cinquante milliards et un arc-en-ciel gay / Rodnina et Kabaeva se passent la flamme / En prison ils vont t’apprendre à obéir / Salue tous les chefs, hail, duce!» Le dernier couplet rappelle les atteintes à la liberté d’expression: «À TV Rain ils ont arrêté d’émettre / Ils ont jeté la gay pride aux toilettes / Une cuvette à deux sièges – une priorité.»

«ELLES N’ONT PEUR DE RIEN!»
Avant d’être intégrées à la vidéo des Pussy Riot, les images de cette altercation violente entre les militantes et les milices cosaques, venues donner un coup de main à la police pour maintenir l’ordre pendant les Jeux olympiques, ont fait le tour des médias hier. Entre autres réactions, celle de Madonna, qui soutient les jeunes femmes et s’est montrée profondément choquée par une telle répression: «C’est une blague? La police russe a-t-elle vraiment fouetté les Pussy Riot parce qu’elles ont fait de la musique dans la rue? On est dans les heures sombres? DIEU bénisse les Pussy Riot. Elles n’ont peur de rien!»