L’opposition à l’enseignement de l’égalité entre hommes et femmes est une mine d’or pour la rédaction du Gorafi, qui s’en donne souvent à cœur joie. Dernière trouvaille en date, l’histoire d’une entreprise aveyronnaise qui a raflé le marché des sextoys qui seront utilisés en classe pour «les cours sur la théorie du genre»: «Le marché du sextoy en école primaire représente une possible manne de près 50 millions d’euros de chiffre d’affaires pour cette société qui a dû suivre un cahier des charges très strict. Pas de produit nocif, des couleurs chatoyantes, des modes d’emploi clairs et compréhensifs même pour les plus jeunes. « On a dû baisser nos marges de prix mais la qualité sera là » assure Michel, qui aime à répéter que son meilleur client et test de qualité est sa propre famille. « Ils testent tout, sans exception et ne m’épargnent rien sur leur retour, leurs conseils sont précieux pour l’évolution de nos produits ».» Reste maintenant à savoir si Christine Boutin gobera cet article-là aussi

À lire sur Le Gorafi.