[mise à jour, 14h40] Ajout de la précision sur le porte-parole.

La Fédération LGBT, qui regroupe des centres LGBT et des associations LGBT locales ou nationales, a tenu son assemblée générale le week-end dernier, les 15 et 16 février. À cette occasion, un nouveau conseil d’administration a été élu, pour assurer «le changement dans la continuité», indique un communiqué de presse.

Pour la première fois, la Fédération a porté à sa tête une femme, «et qui plus est une femme transgenre», Stéphanie Nicot, de l’Association nationale transgenre (A.N.T.), qui travaillera en binôme avec le porte-parole Dominique Ganaye. «C’est un signe fort qu’a voulu envoyer la Fédération LGBT», souligne le communiqué.

«C’est une façon de dire que c’est bien l’ensemble du mouvement LGBT qui arrachera enfin l’égalité totale. C’est un avertissement aux conservateurs de tous poils, mais aussi au gouvernement: parmi les revendications portées en amont de l’élection présidentielle, deux points essentiels n’ont pas été inclus comme ils auraient dû l’être, malgré les promesses du candidat devenu président de la République: le changement d’état civil libre et gratuit pour les personnes transgenres, et l’ouverture de la procréation médicalement assistée aux lesbiennes. Sans ces éléments, nos familles, et nos couples restent des sous-familles.»

Tout en saluant le bilan des «victoires collectives de 2013 (mariage, adoption)», la Fédération réaffirme «sa volonté de ne rien lâcher pour arracher l’égalité totale des droits».

Photo Fédération LGBT