Une première en France? Vendredi 14 février, la ville de Niort a hissé, sur le fronton de l’Hôtel de Ville, un drapeau arc-en-ciel en signe de soutien envers les LGBT russes. Sur le site Internet, la municipalité déclare:

«Ce drapeau flottera sur le fronton de l’Hôtel de Ville pendant toute la durée des Jeux olympiques de Sotchi, en guise de protestation contre la loi homophobe russe votée en juin dernier qui bafoue les principes fondamentaux de l’olympisme formalisés dans la charte que sont « la non-discrimination, la compréhension mutuelle, l’esprit d’amitié, de solidarité et de fair-play ».»

Jointe par téléphone, Mélodie Proust, collaboratrice de cabinet de Geneviève Gaillard, députée-maire PS de Niort, confirme: «Cela correspond aux convictions de notre maire Geneviève Gaillard, qui s’est toujours érigée contre toutes les formes de discriminations». Une décision «naturelle», issue de la majorité au conseil municipal, précise-t-elle, non sans rappeler l’initiative similaire de hisser un drapeau tibétain en 2008 lors des Jeux olympiques d’été de Pékin.

Au Canada, bien plus en avance, après les villes de Montréal, Ottawa, Toronto, Vancouver, Sherbrooke ou Laval, les député.e.s québécois.es ont même fait voter une motion pour hisser le rainbow flag au sommet de l’Assemblée nationale pendant toute la durée des JO.

Photo Ville de Niort