En deuxième partie de soirée, Arte consacre à 22h35, 13 ans après la mort de Charles Trenet, un documentaire au « fou chantant ». Les zones d’ombre qui subsistent encore dans la vie du chanteur de Douce France et que Karl Zéro et Daisy D’Errata ont décidé d’explorer se nomment homosexualité et collaboration.

Charles Trenet a toujours caché qu’il était gay mais cela ne l’a pas empêché d’être incarcéré deux fois, à New York et à Aix-en-Provence, après des dénonciations (douce France?). C’est aussi son attitude durant la Seconde Guerre Mondiale (un récital à Berlin notamment) qui a jeté une ombre sur l’homme. Mais selon Erwan Desplanques, de Télérama, le portrait présenté ce soir reste bienveillant.