Alexandre Urwicz, président de l’Association des Familles Homoparentales, a écrit au ministre des Affaires Etrangères. Il nous a transmis son courrier que nous publions.

 

A l’heure où la Russie vient de voter une loi contre la «propagande homosexuelle» qui assimile ouvertement pédérastie à homosexualité masculine, sous l’impulsion de M. Zhuravlyov, il est question aujourd’hui d’une nouvelle loi venant retirer les enfants élevés par les couples homosexuels russes. Cette situation est intolérable, inquiétante, bien éloignée du respect de l’individu et de l’intérêt de l’enfant tel que nous le définissons. Pire, si cette loi venait à être votée, ce sont aujourd’hui des enfants innocents qui seraient les premières victimes de décisions ubuesques venant les priver de leurs parents.
Nous vous demandons d’afficher publiquement votre inquiétude et de manifester votre indignation face à cette situation. C’est ainsi que nous vous serions gré de bien vouloir convoquer l’ambassadeur russe afin d’obtenir des éclaircissements sur ce projet de loi dont on nous indique qu’il pourrait venir prochainement en discussion.
Par ailleurs, si cette loi venait à être votée, nos familles homoparentales françaises sont prêtes à accueillir comme elles le peuvent ces familles homoparentales russes qui devraient alors immédiatement s’exiler afin que leurs enfants ne soient pas kidnappés par le pouvoir en place. Un droit d’asile serait alors réclamé. En cas de vote de cette loi, appuieriez-vous une telle initiative ? Accepteriez-vous que l’ambassade de France à Moscou ouvre ses portes à ces familles ainsi que les deux autres consulats français ?
Nous pensons que la France doit fédérer avec elle de nombreux pays afin de sensibiliser le pouvoir russe en la matière. Aurez-vous ce rôle central ?
Nous vous remercions de bien vouloir nous faire connaitre les actions que vous comptez mettre en place et espérons que vous aurez à coeur de défendre ces familles homoparentales russes qui vivent déjà dans un climat délétère, où l’impunité accordée dorénavant aux homophobes s’éloigne à grand pas de notre conception de la liberté, de l’égalité des droits, et de la fraternité entre les hommes et les femmes.
Veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute considération.

Photo DR