[mise à jour, 14 mars] Correction de l’État (Caroline du Nord et non Californie).

L’histoire est terrible, et terriblement banale. Si nous avons décidé de la raconter, c’est parce qu’au-delà du fait divers, elle illustre bien les conséquences parfois dramatiques des stéréotypes de genre.

En janvier, en Caroline du Nord, Michael Morones, un enfant de 11 ans, a tenté de se suicider. L’un des facteurs qui ont conduit un pré-adolescent à ce geste dramatique est le harcèlement dont il était victime de la part des autres enfants en raison de son amour pour My Little Pony, ce qui lui valait notamment de se faire traiter de «gay».

Michael s’est pendu aux lits superposés. Ses parents l’ont conduit d’urgence à l’hôpital, mais son cerveau a été privé d’oxygène suffisamment longtemps pour que les médecins craignent des séquelles durables, et notamment qu’il reste aveugle.

L’affaire a fait tant de bruit que les messages de soutien affluent du monde entier. La marque Hasbro, propriétaire de My Little Pony, a publié un communiqué dans lequel elle s’associe à la douleur des parents de Michael: «Nous sommes honorés de savoir qu’il est un fan passionné et nos pensées et nos prières sont pour lui et sa famille dans ce moment extrêmement difficile.»

Un fonds de soutien a été lancé pour aider les parents du garçon à payer les frais médicaux. Andrea Libman, qui prête sa voix à Pinkie Pie, le personnage préféré de Michael, a fait enregistrer des messages pour lui aux autres acteurs et actrices du dessin animé, rapporte Same Same. Un tatoueur au Texas propose des tatouages My Little Pony à 20 dollars pour récolter des fonds pour l’association Stomp Out Bullying, qui se bat contre le harcèlement.

«J’ai entendu beaucoup de gens dire qu’il faut tenir responsables les personnes à l’origine du harcèlement, mais ce n’est pas ce que voudrait Mike, a expliqué Tiffany Morones-Suttle, la mère de l’enfant. Je préférerais apprendre aux gens comment faire bien plutôt que punir, parce que la punition ne fonctionne pas toujours.»

«Nous n’en voulons pas aux enfants responsables de cette situation, a renchéri Shannon Suttle, le beau-père de Michael. Nous ne voulons pointer personne du doigt ni avoir des idées de vengeance. Tout ce que nous espérons, c’est que de cette tragédie naîtra un miracle. Il n’y a que Michael qui compte.»

Aux dernières nouvelles, le corps de Michael se réveille doucement, son cerveau recommence à fonctionner.

Photo Capture