Les personnes trans’ seraient-elles les grandes oubliées du mouvement homo et féministe face à la déferlante réactionnaire? Dans une réflexion publiée sur le blog Sortir les couteaux, Debbie Jellinsky, qui se définit comme «une jeune femme trans’ féministe et anarchiste» soulève l’idée que dans le contexte actuel de l’offensive réactionnaire sur l’école et les droits des femmes, les personnes trans’ sont tout bonnement «passées à la trappe» par le mouvement LGB et féministe. Sans compter la transphobie qui ressort des différents articles de presse et autres prises de position ou slogans.

«Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais la déferlante facho-réac focalisée sur la « menace gender » comporte bel et bien une forte composante intrinsèquement transphobe», constate la jeune femme.

L’auteure, à la verve poignante, interroge également l’idée de la place des combats trans’ au sein du mouvement lesbien, gay et bi et ses modalités de mise en œuvre.

«Au fond, ce qui me semble intéressant de chercher à construire, ce n’est pas une place et une visibilité pour les luttes trans qui soient complètement détachées de tout le reste. J’aimerais plutôt qu’on ait collectivement l’intelligence et l’intégrité de faire les connexions quand elles sont possibles et nécessaires.»

Retrouvez l’intégralité de la réflexion sur Sortir les couteaux.

Photo Xavier Héraud