Le premier baiser homo…ou presque. Peu connu en France (il n’y est sorti qu’en DVD), Making Love (Arthur Hiller, 1982) fut un évènement aux États-Unis. Pour la première fois, un studio d’Hollywood présentait positivement des personnages gays. Avec le très sexy Michael Ontkean (qu’on reverra un peu plus tard en shérif dans Twin Peaks, la série culte de David Lynch).

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Making Love

David Lynch justement pose dans Mulholland Drive (2001) la question maintes fois entendue au cinéma quand il s’agit d’amour entre personnes de même sexe: «As-tu déjà fait ça avant?». C’est à la fois très hot et très comique puisqu’une des personnages est… amnésique!

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Mulholland Drive.

Au rayon des baisers chastes, mais on est en 1933… Greta Garbo dans La Reine Christine du très gay Rouben Mamoulian. Ceci explique peut-être cela.
http://youtu.be/uPZIqw9RcOU

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur La Reine Christine.

Deux films retenus pour une scène classique à l’effet comique immanquable: le baiser langoureux interrompu…

…Par des collègues de travail dans It’s in the Water (Kelli Herd, 1997). Whoops!

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur It’s in the Water.

…Ou par les parents dans My Beautiful Laundrette (Stephen Frears, 1985)

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur My Beautiful Laundrette

Le baiser «Ça va mal finir, mais qu’est-ce que c’est beau!». Thelma et Louise (Ridley Scott, 1991)

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Thelma et Louise.

Les personnages de When Night is Falling (Patricia Rosema, 1996) ne le savent pas encore, mais le public est déjà certain qu’elles vont s’embrasser au moment où la porte s’ouvre.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur When Night is Falling.

Mon baiser préféré, dans Maurice (James Ivory,  1987) d’après le roman largement autobiographique d’Edward James Forster, avec James Wilby et Rupert Graves. Notez les lèvres charnues et très humides d’Alec et sa phrase définitive: «Maintenant plus rien ne pourra nous séparer». Si ça, c’est pas romantique.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Maurice.

Le baiser: «Je t’embrasse et le monde s’arrête». Dans Velvet Goldmine (Todd Haynes, 1998), avec Ewan McGregor et Jonathan Rhys Meyers.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Velvet Goldmine.

Le baiser brûlant dans la neige, dans Yossi and Jagger (Eytan Fox, 2002)

http://youtu.be/2W1DyHLz_ag

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Yossi and Jagger

Le baiser: «C’est Patrice Chéreau qui filme, donc c’est forcément très compliqué», L’Homme blessé (1983), une des toutes premières étreintes homos du cinéma français.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur L’Homme blessé.

Dans Bound (Andy et Lana Wachowski, 1996) l’attente est presque insoutenable avec le numéro de séduction entre Jennifer Tilly et Gina Gershon.

http://www.dailymotion.com/video/xf8ohg_gina-gershon-jennifer-tilly-bound-1_redband?syndication=112212

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Bound.

Pour clore cette sélection plus que subjective: pas vraiment un baiser, mais sans doute une des scènes les plus romantiques du cinéma LGBT. Dans Beautiful Thing (Hettie MacDonald, 1996), tout est bien qui finit bien (et ça fait du bien).

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Beautiful Thing.

L’équipe de Yagg a aussi gardé de bons souvenirs de baisers dans les films suivants (mais sans que malheureusement, nous ayons pu mettre la main sur les scènes en question):