Françoise David, la députée de Gouin et co-porte-parole du parti Québec solidaire (QS) qui compte deux député.e.s, a déposé mardi 11 février une motion pour que l’Assemblée nationale arbore un drapeau arc-en-ciel: «Que le drapeau arc-en-ciel soit déployé sur l’une des tours de l’Assemblée nationale pour la durée des Jeux olympiques de Sotchi, a-t-elle demandé, afin d’affirmer la solidarité du Québec envers la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle, transgenre et transsexuelle d’ici et d’ailleurs».

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Québec solidaire demande que drapeau arc-en-ciel flotte au-dessus de l’Assemblée nationale

Symbole du soutien aux LGBT de Russie, ce drapeau montre aussi la préoccupation des parlementaires quant aux violences dont souffrent encore les LGBT du Québec. Candidate du même parti que Françoise David, Manon Massé a ainsi raconté devant les élu.e.s comment un groupe de femmes lesbiennes a été attaqué par six hommes qui les ont insultées et agressées physiquement. La motion a été adoptée à l’unanimité par les député.e.s et un drapeau a immédiatement été hissé, rapporte le site de l’Assemblée nationale québécoise. Il sera exhibé au sommet de l’Assemblée jusqu’à la fin des Jeux de Sotchi.

assemblee nationale quebec 500

Les villes de Montréal, Québec, Gatineau, Laval, Sherbrooke, Vancouver et Toronto avaient déjà hissé le drapeau arc-en-ciel, mais c’est la première fois que le Parlement déroge ainsi à son propre règlement qui n’autorise les bannières autres que celles du Québec que s’il s’agit du drapeau d’un État, du lieutenant-gouverneur ou d’une organisation interparlementaire, détaille le Journal du Québec. Selon un porte-parole de l’Assemblée, le vote des député.e.s a été souverain, permettant ainsi au drapeau arc-en-ciel de flotter au vent.

Photo Fabien Abitbol

Via Menilmuche