Lundi 10 février, quelques dizaines de militant.e.s LGBT, le visage recouvert de masques arc-en-ciel du Kenya, ont protesté devant la Haute commission ougandaise à Nairobi en soutien aux LGBT ougandais. «Nous marchons en solidarité avec les gays et les lesbiennes en Ouganda. La liberté n’a pas de frontières, la liberté arrive», pouvait-on lire sur la banderole déployée par les militant.e.s kényan.e.s.

Les manifestant.e.s demandaient à être reçu.e.s par le haut commissaire ougandais pour lui remettre une lettre de protestation contre la loi anti-homosexualité votée le 20 décembre 2013 par le Parlement du pays, mais contestée par le président Yoweri Musevini. Sans succès. «Les lois sont faites pour protéger les personnes et pas pour violer leurs droits, car les droits des gays et des lesbiennes sont aussi des droits humains», a appuyé Éric Gitari, directeur de la commission nationale des droits des gays et lesbiennes au Kenya, interrogé par Standard Digital, un média kényan.

«Nous sommes venu.e.s en solidarité avec nos homologues ougandais.es pour demander au président Yoweri Musevini de ne pas signer loi dont les effets ont déjà conduit des gays et des lesbiennes ougandais.es à venir chercher refuge au Kenya car leur vies sont en danger.»

John Mathenge, un représentant de la commission gay et lesbienne au Kenya, a également appelé le président Uhuru Kenyatta à discuter et dissuader son homologue ougandais de promulguer la loi anti-homosexualité.

Le jour même, le Premier ministre ougandais assurait sur Twitter que la loi qui criminalise l’homosexualité serait «largement débattue et démocratiquement réglée» avant qu’elle ne soit promulguée. La décision du président ougandais concernant la loi anti-homosexualité est attendue cette semaine. Il a jusqu’au 23 février pour donner son véto ou amender le texte.

Des manifestations en solidarité avaient également lieu à New York et à Bergen en Norvège. Le 7 février, les militant.e.s kényan.e.s avaient également organisé un rassemblement similaire contre les lois homophobes au Nigeria.

Photo National Gay and Lesbian Human Rights Commission (manifestation Nigeria)