Lundi 10 février au soir, dans Mots Croisés sur France 2, après la reculade du gouvernement sur la loi Famille le 3 février, Yves Calvi recevait Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, Nadine Morano, ancienne secrétaire d’État chargée de la Famille, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, et Oliver Besancenot, du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA). L’occasion d’aborder un thème plus que discuté: «La Famille: une fracture française?».

EN MOINS DE 2 MINUTES 30, LE MOT «PÉDOPHILIE»
Comme toujours, Nadine Morano a essayé d’imposer son style dès sa première intervention dans l’émission. En à peine deux minutes, l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy sort les «gros mots» et se fait la porte-parole des parents inquiets de la pédophilie suite à la polémique initiée par Jean-François Copé dimanche 9 février sur le plateau du Grand Jury (RTL-LCI-Le Figaro), autour du livre jeunesse Tous à poil! qui serait recommandé à l’école: «Tous à Poil!, Papa porte une robe, Medhi met du rouge à lèvres etc. Je crois qu’il y a des livres qui sont choquants à destination des tout petits. C’est vrai qu’on apprend aux tout-petits ailleurs à faire attention à leur intimité parce que vous savez les parents sont inquiets s’agissant de la pédophilie». Elle poursuit:

«On peut le prendre comme une histoire drôle, mais il y a quelque chose de choquant. Et puis quand on voit ce livre, Papa porte une robe, on voit que le gouvernement est complètement en train de se tromper et de vouloir mener le débat sur l’égalité en portant la négation du genre en niant l’altérité sexuelle.»

Des attaques sur les supposées – et fantasmées – volontés du gouvernement d’inculquer la fumeuse «théorie du genre», invoquée par les opposant.e.s à l’égalité des droits, reprise dans l’intervention de Nicolas Dupont-Aignan, assis aux côtés de Nadine Morano. Au point d’inventer un nouveau concept: les «stéréotypes d’inégalités», qui laisse perplexe quant à sa scientificité.

«Le gouvernement a lancé une offensive organisée à la suite d’un rapport officiel de juin 2013 qui organise une expérimentation, c’est-à-dire qui veut inculquer la «théorie du genre», non pas pour lutter contre les inégalités, bien sûr on est tous pour lutter contre les inégalités. (…) Mais qu’on lutte contre « les stéréotypes d’inégalités », pas qu’on inculque et qu’on déstabilise des enfants en expérimentant sur eux une théorie hasardeuse qui n’est pas scientifique c’est ce qui est encore plus grave.»

PMA, GPA, ABCD DE L’ÉGALITÉ: CONFUSION DES «GENRES»
Sur les différents points abordés lors de l’émission, la confusion des genres est la plus totale. Sur l’enseignement de la pseudo «théorie du genre» par les ABCD de l’égalité, contre lequel le Printemps français a appelé à s’attaquer aux «bibliothèques idéologiques», Olivier Besancenot, invité pour le NPA, lance ironique à Nadine Morano: «Il va falloir qu’on aille chercher les bons livres dans les bibliothèques!» Ce à quoi l’ancienne élue répond: «Ça ne me dérange pas.» Elle dénonce:

«Vous vous rendez compte à quel point la famille est attaquée en France aujourd’hui. Vous avez abaissé le plafond du quotient familial par deux fois. Sur le plan des valeurs, ça a été avec le mariage pour tous.»

Pourtant, par le passé, l’ancienne ministre avait pris des positions contraires notamment sur la gestation pour autrui (GPA), ou en étant favorable au statut du beau-parent, même pour les couples homos, au moment des discussions sur l’avant-projet de loi qu’elle portait en 2009 en tant que secrétaire d’État à la Famille.

Plus tard dans l’émission, au sujet de la GPA, Nicolas Dupont-Aignan vient accuser le gouvernement d’avoir voulu légaliser cette technique de procréation grâce à la circulaire Taubira. «Ils ont fait le mariage pour tous pour aller au bout de la filiation. Et il y a une preuve de ce que j’avance, c’est que Mme Taubira en janvier 2013 a accepté une circulaire dramatique qui autorise la GPA, c’est-à-dire la gestation pour autrui ou par autrui, et donne la nationalité française, qui régularise la GPA, le fait d’aller louer le ventre d’une femme à l’étranger pour s’acheter un enfant». Pourtant, la circulaire Taubira de janvier 2013, si elle régularise une centaine d’enfants né.e.s à l’étranger de couples français au regard de l’article 47 du Code civil, ne légalisait pas pour autant la GPA en France.

LE MARIAGE POUR TOUS ET LA FILIATION TOUJOURS PAS DIGÉRÉS
«Vous auriez pu faire l’union civile pour les homosexuels, sans la filiation et vous auriez 80% des Français avec vous», a dégainé Nicolas Dupont-Aignan qui ne reconnaît toujours pas les familles homoparentales: « En quoi vous trouvez qu’un enfant qui ait deux pères ou deux mères, c’est un progrès». Le député de l’Essonne poursuit: «Il y a une volonté d’un petit milieu de faire la loi au détriment du plus grand nombre».

De son côté, Nadine Morano ne dit rien de nouveau. Elle a réaffirmé son vœu de revenir sur le mariage pour tous et notamment l’adoption. «On réécrira ce texte», a-t-elle promis. Une position similaire à celle de François Fillon qui avait annoncé vouloir clore le débat sur la PMA et la GPA au micro de BFM TV et de RMC le matin même.

Mots Croisees Famille

Photo Capture