L’émouvant discours de la drag-queen Panti Bliss n’est pas passé inaperçu en Irlande où responsables politiques et religieux ont pris la parole contre l’homophobie. Interviewé à la radio, l’archevêque de Dublin Diarmuid Martin a reconnu que certain.e.s membres de l’Église ont pu faire preuve d’homophobie et que les enseignements religieux ont pu être utilisés à mauvais escient. Dans l’Irish Independent, il a aussi émis un plaidoyer contre l’homophobie:

«Dieu n’a jamais créé qui que ce soit sans l’aimer. Ne pas montrer d’amour envers les gays et les lesbiennes, c’est insulter Dieu. On n’est pas juste homophobe en faisant cela, on est en réalité dieuphobe parce que Dieu aime chaque personne.»

DES DÉPUTÉS GAYS INSULTÉS
Le député ouvertement homosexuel Jerry Buttimer (photo) a profité de la popularité de la vidéo de Panti Bliss pour évoquer devant le Dáil Éireann, la chambre basse du Parlement irlandais, comment il avait souffert d’homophobie, rapporte l’Irish Examiner.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Jerry Buttimer TD 06/02/2014 P2

«Je m’exprime ici, non pas en tant qu’homosexuel, mais en tant que citoyen qui veut être traité à égalité. On m’a battu, on m’a craché dessus, on m’a traqué, on m’a harcelé, et on s’est moqué de moi en raison de ce que je suis. Je suis né avec un don et j’ai passé une grande partie de ma vie à lutter, dans ce pays que j’aime, pour être accepté et obtenir le soutien de mes collègues. Ceci démontre à quel point notre société a progressé, mais je ne laisserai personne – dans le cadre d’un débat ouvert et respectueux –  émettre des propos haineux ou intolérants sans rien faire.»

Lui et d’autres ont questionné le versement de 85000 euros par la chaîne publique RTE aux auteur.e.s de propos homophobes visé.e.s par Panti Bliss lors de son intervention télévisée. Le ministre des Communications a indiqué qu’il ne pouvait intervenir dans cette décision de la chaîne. Celle-ci n’a pas souhaité réagir. Pour Jerry Buttimer, la chaîne a failli à sa mission de service public en prenant de fait position dans le débat.

Un autre député homo, John Lyons, a également pris la parole: «Il y a deux personnes ici qui savent ce qu’on ressent devant l’homophobie, ce que c’est que d’être qualifié de tapette, de pédé, de gay», a déclaré l’élu avant de raconter comment un groupe de jeunes s’en est pris à lui quelques jours avant Noël. «Je pensais vivre dans une société où cela n’était plus acceptable», a-t-il déploré.

«ATTITUDE CHRÉTIENNE»
L’archevêque de Dublin a réagi à ce témoignage en condamnant les auteur.e.s d’actes homophobes: «Quand des gens se font cracher dessus ou insulter parce qu’ils sont homos, ce n’est pas une attitude chrétienne. Nous devons avoir le courage d’élever la voix et de le dire. Nous appartenons à la même communauté et il n’est pas possible de construire une société dans laquelle des gens seraient exclus ou insultés.»

Diarmuid Martin a toutefois considéré qu’il ne fallait pas considérer que les personnes hostiles à l’égalité des droits sont homophobes. Un référendum sur l’ouverture du mariage doit avoir lieu l’an prochain en Irlande.