S’il a insisté pour que les élu.e.s continuent à travailler jusqu’au 30 mars, Bertrand Delanoë a présidé hier, lundi 10 février, son dernier Conseil de Paris. Dans un discours d’une dizaine de minutes, sans notes, il a salué les personnels de la ville, mais également les élu.e.s, de la majorité comme de l’opposition, pour leur engagement envers la ville. «Je suis fier de vous, a indiqué l’édile. Nous avons été ensemble, pendant ces six ans, la démocratie à Paris. Toutes les séances ont été utiles aux Parisiens.»

Bertrand Delanoë, dont le premier mandat en tant que maire de la ville a débuté en 2001, a présenté quelques chiffres de son bilan. Il a rendu hommage à Jacques Chirac et Jean Tiberi, ainsi qu’à Philippe Seguin et Françoise de Panafieu. Comme s’il faisait ses adieux à la vie, il a glissé: «Certaines, certains vivent leurs derniers instants…». Devant les rires des élu.e.s présent.e.s dans l’hémicycle, il a ensuite précisé: «… de conseillers de Paris!». La conclusion de son discours était destinée aux Parisien.ne.s qui lui ont accordé leur confiance en le choisissant il y a 13 ans. C’est la première fois qu’un responsable politique accédait à des responsabilités aussi élevées en France après avoir fait son coming-out.

À la fin de son discours, la quasi-totalité des élu.e.s présent.e.s se sont levé.e.s pour l’applaudir, à l’exception de Philippe Goujon, maire du XVe arrondissement et candidat à sa propre succession.

Pour voir le discours de Bertrand Delanoë, cliquez sur l’image ci-dessous:

discours delanoe 500

Quelques heures plus tard, le maire de Paris était l’invité du Grand Journal de Canal+. Il y a indiqué qu’il ne souhaite pas entrer au gouvernement à la fin de son mandat et qu’il préfèrerait s’engager auprès de jeunes ou d’une ONG.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Part. 2 Bertrand Delanoë tire sa révérence