Les deux militant.e.s russes du groupe féministo-punk Pussy Riot ont profité de leur venue aux États-Unis pour monter sur scène aux côtés de Madonna lors du concert organisé par Amnesty International mercredi soir à New York.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Sur scène avec Madonna, les Pussy Riot défient Poutine

«Nous n’allons pas pardonner et nous n’allons pas oublier ce que le régime fait à nos concitoyens. Nous demandons une Russie qui soit libre», ont clamé Nadezhda Tolokonnikova et Maria Alekhina. Juste avant leur montée sur scène, Madonna avait fait part de son admiration pour le courage des militant.e.s russes: «Quand j’ai vu comment se passait le procès des Pussy Riot et ce qui se passait pour la communauté homo, j’ai compris à quel point j’étais chanceuse de vivre dans un pays qui où je peux dire ce que je pense. Les États-Unis ne sont pas parfaits, c’est vrai mais je peux le faire. Je peux critiquer le gouvernement, je peux critiquer les fondamentalistes religieux, et je n’ai pas à craindre qu’on me mette en prison.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Sur scène avec Madonna, les Pussy Riot défient Poutine

En août 2012, peu de temps avant le procès des militant.e.s, Madonna les avait défendues, notamment en portant une balaclava durant un de ses concerts, en hommage à celle que portent les membres du groupe Pussy Riot lors de leurs performances. Avec la chanteuse, plusieurs artistes et groupes se sont produits lors de cette soirée animée par Susan Sarandon: Debbie Harry avec le groupe Blondie, Lauryn Hill ou encore Tegan and Sara.

STEPHEN COLBERT ET SON AMI VLADIMIR
Nadezhda Tolokonnikova et Maria Alekhina ont aussi été les invitées du talk show américain The Colbert Report, mardi dernier, dans une ambiance de celle du Grand Journal qui a diffusé une interview mercredi 5 février. Le présentateur Stephen Colbert a comme à son habitude cabotiné pour le plus grand plaisir de son public, et a multiplié les questions absurdes face aux militantes qui lui ont répondu avec la même malice:

The Colbert Report
Get More: Colbert Report Full Episodes,Video Archive

Stephen Colbert: Qu’avez-vous fait pour être arrêtées et mises en prison?
Pussy Riot: On a chanté une chanson marrante dans une église.
– Ok… donc vous avez transgressé la loi?
– Oui, et c’était déjà arrivé avant cela, parce que nous avons d’autres chansons marrantes, l’une d’elles s’appelait Poutine dégage.
– Ok… Vladimir est un ami, alors je vais cafter si vous dites quelque chose de méchant, ok?
– C’est bon, on enregistre aussi de notre côté!
– Vous serez fouillées avant de quitter le bâtiment…
– On a eu deux ans pour s’entraîner à dissimuler des choses lors des fouilles.

TERRORISME GAY
Une fois le ton donné, Stephen Colbert a continué à provoquer gentiment les deux Russes: «Qu’avez-vous contre ce grand homme qu’est Vladimir Poutine qui mène la Russie vers un grand avenir?», a taquiné l’animateur. «Nous n’avons pas les mêmes idées pour un meilleur avenir, lui ont répliqué Maria Alekhina et Nadezhda Tolokonnikova, et nous n’avons pas envie d’un homme qui se balade torse nu sur un cheval pour conduire la Russie.»

«Vladimir et moi sommes souvent torse nus et allons chasser ensemble… Parfois, on ne va même pas chasser.»
«Vous devriez prendre des garçons mignons avec vous!» tacle Nadezhda Tolokonnikova, offrant une transition parfaite pour parler de la loi criminalisant l’homosexualité.

«Peut-on aller n’importe où en Russie sans qu’il y ait des homos pour vous rendre homosexuel? réitère Stephen Colbert. Pensez-vous que les homos prendront la bonne décision et arrêteront d’être homo?» «Il y a la menace d’une loi contre l’extrémisme gay, précise Maria Alekhina. Aux yeux de notre gouvernement, cela voudrait sûrement dire affirmer publiquement son homosexualité.» «Oh, comme le terrorisme gay?»

LE COUP DE COM’ DE POUTINE

The Colbert Report
Get More: Colbert Report Full Episodes,Video Archive

Dans la seconde partie de l’interview, Stephen Colbert est revenu sur l’amnistie dont ont bénéficié les deux jeunes femmes en décembre dernier:
– Vous êtes de dangereuses criminelles qui chantaient dans les églises, pourquoi vous avoir relâchées?
– Ils en ont eu marre de nous! L’administration pénitentiaire, mais aussi Poutine à qui ils devaient rendre compte de tout.
– Oh Vous voulez en profiter pour remercier Vladimir Poutine?
– On préférerait remercier les gens qu’on ne connaît pas qui nous ont soutenues, et votre public en particulier.
– Vous avez dit que votre libération est un coup de com pour les JO, vous pensez que c’est vrai?
– On pense que ça n’a pas vraiment amélioré l’image de la Russie, donc peut-être que Poutine a fait une erreur et devrait nous renvoyer en prison.
– Je ne le tenterais pas…
– On ferait mieux de libérer les gens qui ont été arrêté le 6 mai dernier parce qu’ils se sont levés pour la liberté et il y a 12 personnes qui risquent 5 à 6 ans de prison. Aucun coup de com ne peut réparer l’image de la Russie.

UN SNOWBOARD PUSSY RIOT?
Y aurait-il un soutien aux militantes dans l’équipe olympique russe? En découvrant l’envers du snowboard d’Alexei Sobolev, beaucoup se sont demandé si le dessin d’une femme encagoulée tenant un couteau à la main n’était pas un clin d’oeil. Le principal interessé est en tout cas resté très énigmatique: «Tout est possible, a répondu le snowboardeur. Ce n’est pas moi qui l’ait dessiné.»