[mise à jour, 7/02/2014] Ajout de la vidéo du discours de Ban Ki-moon.

BAN KI-MOON PREND POSITION CONTRE LES ATTAQUES ENVERS LES PERSONNES LGBT
À la veille de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Sotchi (du 7 au 23 février), le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, qui œuvre en faveur de la dépénalisation universelle de l’homosexualité dans le monde, s’est exprimé jeudi 6 février «contre les attaques sur les lesbiennes et les gays» dans son intervention durant la session du Comité international olympique (CIO).

«Beaucoup d’athlètes professionnel.le.s homos et hétérosexuel.le.s sont contre les préjugés. Nous devons tous élever notre voix contre les attaques sur les lesbiennes, les gays, les bis, les trans’ ou les intersexes.»

http://youtu.be/WzY2nfQG9yo?t=15m15s

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Secretary General of the United Nations speak at the 126th IOC Session in Sochi – Russia

Mais dans un communiqué consensuel et langue de bois au sujet de cette déclaration – «une première dans l’histoire olympique» –, le CIO a, pour sa part, soigneusement évité de mentionner les termes «lesbienne», «gay», «bi» ou «trans».

Le président du CIO, Thomas Bach, avait pourtant réitéré sa position dans une interview à l’AFP mardi 4 février, au cours duquel il a cherché à minimiser le pouvoir de son organisation pour exercer des pressions sur les pays hôtes.

«Le CIO n’est pas un gouvernement du monde qui peut imposer des mesures à un État souverain. Les gens attendent du CIO qu’il résolve tous les problèmes d’un pays… Nous n’avons pas ce mandat-là.»

M. Bach a tout de même défendu que tout le monde devait lutter «contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle ou tout autre préjugé», même si le sport ne doit pas être «une tribune pour des dissidences politiques ou pour essayer de marquer des points pour des motifs de contestation politique intérieure ou extérieure».

MONTRÉAL HISSE LE RAINBOW FLAG
En signe de protestation, le maire de Montréal Denis Coderre a annoncé sur Twitter dans la matinée (Heure de Montréal) que le drapeau arc-en-ciel sera hissé devant l’Hôtel de Ville pendant toute la durée des Jeux comme à Saint-Jean de Terre-Neuve.

 

200 ÉCRIVAINS CONTRE LES LOIS HOMOPHOBES
Dans une lettre ouverte publiée par le journal britannique The Guardian, plus de 200 écrivain.e;s de renom dénoncent les lois russes anti-gay et sur le blasphème. La lettre a notamment été signée par Margaret Atwood, quatre prix Nobel de littérature (Günter Grass, Wole Soyinka, Elfriede Jelinek et Orhan Pamuk), Jean-Luc Despax ou Jonathan Franzen. Les signataires rappellent que:

«Durant les 18 derniers mois, les législateurs russes ont voté un certain nombre de lois qui portent un coup au droit de chaque individu de s’exprimer librement en Russie. En tant qu’écrivains et artistes, nous ne pouvons pas rester muets quand nous voyons nos confrères écrivains et journalistes poussés au silence (…). Trois de ces lois mettent spécifiquement en danger les écrivains: la soi-disant loi anti-propagande homosexuelle et blasphème, l’interdiction de la promotion de l’homosexualité et des « injures religieuses » et la recriminalisation de la diffamation.»

Une initiative similaire à la lettre ouverte publiée dans The Independant par l’acteur britannique Sir Ian McKellen et 27 lauréat.a.s du prix Nobel le 13 janvier dernier.

SOS homophobie rappelle, jeudi 6 février, qu’avec les lois russes, les athlètes homosexuel.le.s et bisexuel.le.s vont être contraint.e.s de rester au placard. «Cette invisibilité renforce le tabou de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre dans le sport et ne peut que freiner la prévention contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie dans ce domaine et au-delà.» L’association relance ainsi son appel contre l’homophobie dans le sport qu’il est possible de signer et diffuser.

L’AMBASSADEUR DE RUSSIE EN FRANCE NIE LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES HOMOS
«Les homosexuels ne sont pas discriminés en Russie.» C’est ce qu’a soutenu l’ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov, lors de la matinale de France Inter, mercredi 5 février. Pourtant, les violences à l’égard des personnes LGBT ont fortement augmenté depuis la promulgation des lois anti-«propagande homosexuelle».

«Pour moi, cette loi qui interdit la pédophilie et la propagande auprès des mineurs est une bonne loi. Et je vous assure qu’on peut s’embrasser librement dans la rue. Le fait que deux hommes ou deux femmes s’embrassent dans les rues de Moscou ou de Sotchi, c’est pour nous, les Russes, quelque chose de très courant. C’est un faux procès. J’invite d’ailleurs tous ceux qui veulent le faire à venir à Moscou.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez Alexandre Orlov: « Le fait que deux hommes s’embrassent dans la rue à Moscou, c’est pour nous très courant ».

BILLIE JEAN KING N’IRA FINALEMENT PAS À SOTCHI
Billie Jean King, la légende du tennis américain ouvertement lesbienne et militante de longue date, n’ira finalement pas à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques. Elle a décidé de rester aux côtés de sa mère malade, âgée de 91 ans. Elle avait été choisie par Barack Obama pour porter les couleurs de la délégation officielle américaine. Elle a ainsi réagi:

«C’est important pour moi d’être avec ma mère et mon frère dans cette période difficile. Je voudrais remercier le président Obama de m’avoir incluse dans cette mission historique et j’attends avec impatience de soutenir nos athlètes en compétition à Sotchi.»

Elle faisait partie des trois athlètes out de la délégation américaine, avec la joueuse de hockey Caitlin Cahow (qui prendra la place de Billie Jean King pour l’ouverture) et le champion olympique de patinage artistique Brian Boitano. Billie Jean King avait déclaré dans The Colbert Show que les droits des homos sont «les droits humains du XXe siècle, je suis donc très fière d’être ouvertement lesbienne».

L’ITALIE PROMET DE S’ÉLEVER CONTRE LES LOIS ANTI-GAY À SOTCHI
En tournée dans les pays du Golfe, le Premier ministre italien Enrico Letta a affirmé qu’il se rendrait à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Sotchi et qu’il y défendrait les droits des homos. Une position en réponse à l’appel des associations LGBT italiennes et certain.e.s de ses collègues du Parti démocrate (centre-gauche) au pouvoir de ne pas se rendre à la cérémonie d’ouverture.

«À Sotchi, je réitérerai l’opposition de l’Italie à toute loi discriminatoire envers les homos, dans le milieu du sport comme à l’extérieur. (…) Il s’agit d’un devoir d’être à Sotchi.»

De son côté, le ministre de la Santé norvégien ouvertement homosexuel et membre du parti conservateur, Ben Høie (42 ans) se rendra à Sotchi, du 14 au 16 mars, avec son mari, Dag Terje Solvang pour soutenir les athlètes de la délégation norvégienne paralympique. «Je serai présent aux Jeux paralympiques pour soutenir et encourager les participants norvégiens » a-t-il déclaré dans un mail à l’AFP. Il ajoute: «Cela étant dit, je pense que, pour la plupart des gens, ce qu’un ministre homosexuel marié pense de la situation des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) et de leurs familles est une évidence». La Première ministre norvégienne, Erna Solberg, du parti conservateur, assistera aux JO.

UNE NOUVELLE VIDÉO CHOC SUR LES VIOLENCES EN RUSSIE
L’organisation Human Rights Watch publie une nouvelle vidéo qui montre le climat nauséabond et la violence dont sont victimes les homos en Russie. La vidéo rassemblent différents extraits de clips postés sur les réseaux sociaux russes montrant notamment des membres du groupe néo-nazi Occupy Pedophilia en train d’humilier, de frapper à terre ou de brutaliser des homos en les forçant à «reconnaître leur culpabilité» et «confesser» leur homosexualité devant la caméra. Des images choquantes ponctuées d’interviews de militants pro-LGBT russes comme Tanya Cooper, une chercheuse pour Human Rights Watch.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Russia: Gay Men Beaten on Camera.

«La Russie devrait prendre des mesures pour enquêter sur ces crimes homophobes et poursuivre les attaquants en justice. Elle devrait aussi publiquement dénoncer ces violences et faire en sorte qu’il y ait tolérance zéro envers les crimes homophobes. Et elle doit abroger la loi fédérale anti-propagande.»

On vous invite également à (re)-voir le documentaire réalisé par Vice UK Young and gay in Putin’s Russia sur l’ostracisation et la violence dont sont victimes les personnes LGBT en Russie.

LE SPONSOR OLYMPIQUE AMÉRICAIN AT&T CONDAMNE LES LOIS RUSSES
Dans un communiqué mardi 4 février, le géant américain des télécommunications, sponsor depuis 30 ans de la Team USA, est devenu la première grande entreprise américaine à condamner la loi anti-«propagande homosexuelle» en écho à l’appel de Human Rights Campaign envers le CIO pour prendre position contre ces lois.

«Les Jeux olympiques de Sotchi nous permettent de mettre en lumière un sujet cher à tous les Américains: l’égalité des droits.»

Plus récemment les sponsors du CIO, qui incluent General Electric, Procter & Gamble, Coca-Cola ou McDonalds, ont été pressés par le Human Rights Campaign de prendre position contre les lois russes. Sans succès. Le géant de télécommunications poursuit:

«AT&T a une longue et fière tradition de soutenir la communauté LGBT aux États-Unis et partout dans le monde où nous sommes implantés. Nous soutenons l’égalité des droits et nous condamnons globalement toute forme de violence, de discrimination et de harcèlement qui ciblent les personnes LGBT. La loi russe est nocive pour les personnes, les familles, et toute société fondée sur la diversité.»

Deux avatars pour soutenir la communauté LGBT russe sur les réseaux sociaux peuvent être téléchargés. Le premier, personnalisable ici, été lancé par Réseau Égalité et le yaggeur @sylvainj . L’autre (image ci-dessus) a été dessiné par Egmar Irausquin pour une coalition d’associations LGBT russes (Russian LGBT Network, Vychod, Bok-o-Bok…) et est disponible ici. Des rassemblements sont toujours prévus aujourd’hui et ce week-end, partout en France, pour envoyer un message aux sponsors, aux médias et aux représentant.e.s des Etats.

Photo Egmar Irausqui