Au Grand Journal, mardi 4 février, la question est posée dès le début: après la gifle que représente le retrait de la loi Famille, Dominique Bertinotti a-t-elle envisagé de démissionner? «Pas du tout, répond-elle. Jamais.» Jean-Michel Aphatie insiste: «On a du mal à y croire». Le visage de la ministre se durcit, elle fait mine d’être surprise: «Ah bon? (…) Je n’ai pas un ego surdimensionné, et je suis depuis suffisamment longtemps maintenant en politique pour savoir que le plus court chemin n’est pas forcément la ligne droite.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Le Grand Journal du 04/02/14 – Part. 1 Débat sur la loi famille

Sur le retrait de la loi Famille: «J’ai été prévenue effectivement avant que cela soit annoncée. (…) J’ai été informée bien avant.» Ce n’est pas tout à fait ce qu’elle a expliqué sur BFMTV ce matin, mercredi 5 février: «À titre personnel, j’ai été prévenue lundi».

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Dominique Bertinotti estime que « l’irrationnel l’a emporté sur tout »

Le Canard enchaîné fait venir l’histoire de plus loin, qui raconte que François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Bruno Le Roux, le chef du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, ont pris la décision de retirer le projet de loi Famille «il y a une dizaine de jours». L’annonce était prévue mi-février, mais Manuel Valls a mis les pieds dans le plat. «Valls a foutu le bordel, aurait réagi Bruno Le Roux selon Le Canard enchaîné. J’ai peur de ne pas pouvoir tenir le groupe!»

Le Président de la République et le Premier ministre auraient alors pris la décision d’annoncer le retrait le jour même, sans consulter Dominique Bertinotti, qui «n’arrive pas à avaler le boa», toujours selon l’hebdomadaire satirique.

ET LA PMA DANS TOUT ÇA?

«Le temps de la PMA n’est pas venu», insiste Dominique Bertinotti sur BFMTV. Cela se fera, assure-t-elle, sans donner de calendrier. «Dans deux ans, dans trois ans, dans cinq ans», espère-t-elle.Avant la fin du quinquennat, interroge Jean-Jacques Bourdin. «Je ne m’y risquerai pas», réplique la ministre.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Dominique Bertinotti assure que « le temps de la PMA n’est pas venu »

Sur le plateau du Grand Journal, la ministre était face à Anne-Cécile Mailfert, porte-parole d’Osez le féminisme, qui a accusé le gouvernement de mettre de l’huile sur le feu en cédant à la «Manif pour tous». Le gouvernement a-t-il toujours comme projet de société le projet de société de l’égalité des droits?», a demandé la militante. «Bien sûr, a réagi Dominique Bertinotti. En même temps, quand on regarde quel était le climat qui s’instaurait depuis 15 jours, au travers de deux manifestations, qui ne sont pas de la même nature, (…) qu’est-ce qu’on constate? On ne parle même plus du même contenu de la loi Famille.»

Après que la ministre a raté une occasion de rappeler que la «théorie du genre n’existe pas», Anne-Cécile Mailfert enfonce le clou sur la PMA: «La PMA, ça existe déjà, il faut arrêter les fantasmes! C’est un débat qui a été tranché il y a plusieurs années déjà, donc ce n’est plus une question de bioéthique, ça existe déjà mais uniquement pour qui? Uniquement pour les femmes qui sont en couple avec un homme.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Le Grand Journal du 04/02 – A propos de l’égalité des droits