«Je ne suis simplement pas d’accord avec les organisateurs de cette parade qui exclut certains individus de la ville.» C’est par ces mots que le nouveau maire de New York, Bill de Blasio, a expliqué qu’il ne participerait pas à la parade traditionnelle des Irlandais.es de New York, maintenant en cela son attitude depuis plusieurs années. C’est lors d’une conférence de presse, mardi 4 février, que le maire démocrate a annoncé son intention de ne pas être présent pas au défilé, dans lequel la participation des personnes LGBT est exclue.

Cette prise de position fait suite à une lettre ouverte et un appel des leaders LGBTI et d’officiel.le.s pour interdire la participation du personnel en uniforme de la ville – pompiers et policiers compris:

«Depuis plus de 20 ans, l’organisation irlandaise lesbienne et gay désire participer à la parade de la Saint-Patrick sur la 5e avenue et est exclue. En 1993, les organisateurs de la parade ont utilisé un arrêt [ndlr, de la Cour du Massachusetts] pour en faire une procession religieuse privée dont le message anti-gay aurait été contredit par la présence d’un groupe LGBTQ irlandais identifiable – alors même que les associations LGBTQ sont les bienvenues lors des défilés de la Saint-Patrick en Irlande.»

Depuis les années 90, de très nombreux leaders municipaux boycottent la parade, mais la police et les pompiers continuent de l’honorer de leur présence.

«La présence de policiers et de pompiers en uniforme dans une telle procession indique clairement aux New-Yorkais.es LGBTQ que ce personnel chargé de les servir et de les protéger ne respecte pas la vie et la sécurité des personnes LGBT.»

Depuis son arrêt Hurley v. Irish-American Gay, Lesbian, and Bisexual Group of Boston en 1995 sur un cas similaire dans la ville de Boston, la Cour suprême américaine a consacré le droit pour chaque groupe ou assemblée de déterminer quel message est en réalité adressé au public, ce qui permet à une organisation comme la parade de la Saint-Patrick d’exclure les personnes LGBT.

En décidant de boycotter l’événement,  Bill de Blasio se démarque de son prédécesseur à la mairie de New York, Michael Bloomberg, qui assistait chaque année au défilé.

Photo William Alatriste