Sans surprise, le recul du gouvernement sur la loi famille et la PMA a inspiré les député.e.s lors de la séance de questions au gouvernement qui a eu lieu cette après-midi à l’Assemblée nationale. Le président du groupe UMP Christian Jacob a ouvert le tir: «Nous nous opposerons à la « théorie du genre », nous nous opposerons à la PMA pour convenance personnelle sans raison médicale, nous nous opposerons à la gestation pour autrui.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Loi famille et PMA: Jean-Marc Ayrault répond à Christian Jacob

Jean-Marc Ayrault lui a longuement répondu et en a profité pour complimenter le travail mené par Dominique Bertinotti au sujet du projet de loi Famille, avant de tomber dans le piège de la «théorie du genre»: «Ce projet de loi est préparé par Dominique Bertinotti, que je remercie chaleureusement pour son travail, en liaison étroite avec la députée Marie-Anne Chapdelaine, de l’Assemblée nationale et du groupe socialiste, en lien étroit, bien entendu, avec la Garde des Sceaux, parce que ce sont des sujets complexes. Ce travail va se poursuivre et sera mené à bon port.

Mais de quoi s’agit-il? Il ne s’agit ni de la PMA ni de la GPA, Monsieur Jacob, ni de la théorie du genre, il s’agit de la vie concrète des Françaises et des Français. Et il faut prendre en compte le sens de l’évolution des familles, de leurs problèmes concrets. […]

Vous me dites que vous ne voulez pas de la PMA, vous ne voulez pas de la GPA, vous ne voulez pas de la « théorie du genre », mais la « théorie du genre », Monsieur le président Jacob, où êtes-vous allé chercher ça? Elle n’a jamais été envisagée par personne au niveau du gouvernement, c’est vous qui l’inventez! Elle vient des États-Unis, vous vous en faites le porte-parole, mais vous faites fausse route, ce n’est pas la politique du gouvernement!

«Vous parlez de la gestation pour autrui, mais avant même les élections présidentielles, François Hollande avait dit que jamais cette question ne serait à l’ordre du jour s’il était élu, a poursuivi le Premier ministre. Eh bien, elle ne l’est pas et vous le savez! Mais vous continuez de jouer avec les peurs et vous le faites parce que vous pensez y gagner des points. Et quant à la procréation médicalement assistée qui existe pour les couples hétérosexuels qui veulent avoir des enfants, si son extension est demandée, vous savez bien que c’est une question qui relève des questions bioéthiques, c’est la raison pour laquelle le Comité national a été saisi et s’est lui-même auto-saisi.

«Le président Ameisen a annoncé qu’il lui faudrait du temps pour donner son avis, c’est-à-dire au moins un an. Alors laissons le Comité national d’éthique travailler et n’essayons pas de jouer avec les peurs et de faire croire que le gouvernement n’aime pas la famille.»

MALAISE ET CAPITULATION
Philippe Gosselin (UMP) a ensuite pris la défense de la «Manif pour tous» et mis en lumière le malaise au sein de la majorité au sujet de la loi famille et de la PMA.Dominique Bertinotti lui a répondu que les réformes avancées par le gouvernement n’ont pas de coloration politique mais servent simplement à suivre l’évolution de la société et à donner des repères propres au monde actuel.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Loi famille et PMA: les réponses de Dominique Bertinotti à Philippe Gosselin

La députée Véronique Massonneau (EELV) a souligné que de nombreuses familles attendent des avancées législatives sur de multiples thématiques et que l’interdiction de la PMA pour les couples de femmes pose des problèmes, notamment sanitaires.

«Les député.e.s écologistes entendaient déposer des amendements sur la PMA, a-t-elle annoncé. Le report de la loi famille donne le sentiment que le gouvernement cède à des groupes conservateurs, minoritaires mais actifs.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Réformes de société: Véronique Massonneau interroge Dominique Bertinotti

Dominique Bertinotti a renvoyé la balle au Comité consultatif national d’éthique qui a indiqué à Mediapart que son avis devrait être rendu d’ici le printemps 2015. Pour la ministre de la Famille, impossible de légiférer sur le sujet d’ici là: «Sur la procréation médicalement assistée, nous avons dit très clairement que c’est le Comité consultatif national d’éthique qui se saisirait de cette question et que nous attendrions son avis.»

LE «GENDER» EN EMBUSCADE
Virginie Duby-Muller (UMP) a finalement invoqué «la théorie du « gender »» que le gouvernement voudrait imposer. Vincent Peillon a assuré que le seul but poursuivi par l’exécutif est une plus grande égalité entre femmes et hommes et que si cela avait été fait plus tôt, «il y aurait peut-être plus de députées sur les bancs de l’UMP».

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur «Théorie du genre»: Virginie Duby-Muller s’en prend à Vincent Peillon