Le recul du gouvernement sur la loi famille et la PMA déçoit dans les rangs de la majorité. Rapporteur du projet de loi sur l’ouverture du mariage au Sénat, Jean-Pierre Michel ne comprend pas l’attitude de l’exécutif, comme il l’explique dans une interview accordée à Public Sénat: «Si le gouvernement est effrayé par quelques dizaines de milliers de manifestants qui battent le pavé, il ne faut plus gouverner. Ce qu’il devait y avoir dans la loi famille était plus ou moins annoncé dans le programme du candidat Hollande. Là, le gouvernement recule pour ne pas sauter.»

Le sénateur estime par ailleurs que la ministre de la Famille Dominique Bertinotti devrait quitter le gouvernement après le désaveu d’un projet qu’elle porte depuis son arrivée au ministère:

«J’attends de voir si [elle] va rester au gouvernement. Si j’étais à  sa place, je démissionnerais tout de suite. Elle travaillait ce texte avant même la loi mariage. Il y a beaucoup de choses très utiles prévues dans la loi, comme la possibilité de connaître ses origines. Et beaucoup sont consensuelles. Or finalement, on recule.»

Le sénateur considère que cet énième report de la loi famille en «sonne le glas» et que la frilosité de la gauche est incompréhensible:

«Enfin merde, la gauche est là pour transformer la société! S’il n’y avait pas la gauche, il n’y aurait pas eu l’abolition de la peine de mort, le mariage pour les personnes de même sexe, etc. On peut faire à la fois des modifications économiques, du dialogue social et aussi des lois sociétales. Le rôle d’un politique, c’est d’aller de l’avant et de progresser. Il y a une majorité élue pour ça. Là, le gouvernement a reculé. Je suis assez déçu.»

Il s’était exprimé en ce sens hier, déjà au micro de Public Sénat. La sénatrice Laurence Rossignol (PS) estime quant à elle que sur la PMA, «l’opinion n’est pas faite».

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur 24h Sénat (O3/02/2014)

Photo Yagg