Invitée de Thomas Sotto ce matin sur Europe 1, la Garde des Sceaux Christiane Taubira a souligné tout ce qu’il y avait de formidable dans la loi Famille, reportée hier sine die par le Premier ministre.

«Je sais qu’il y a des forces de progrès dans ce pays et je crois qu’il ne faut pas les désespérer. Et les forces de progrès sont des personnes qui considèrent effectivement que nous avons dans la société française différentes formes de familles.»

Lorsque le journaliste tente de lui rappeler que la loi n’est plus d’actualité, elle dénonce un «débat lancé de mauvaise foi» et embraie sur les réalisations du gouvernement pour les familles (augmentation de la prime de rentrée scolaire etc.). Après avoir critiqué la «manipulation» de la droite, elle affirme que le texte reviendra (à partir de 7’01). Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Taubira : « Le texte sur la famille va revenir » De son côté, dans Les 4 Vérités sur France 2, la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem explique que si le projet de loi a été reporté, c’est parce qu’il n’est pas prêt, pas pour faire plaisir à la «Manif pour tous»: «Nous ne repoussons pas le projet de loi à l’aune des manifestations mais parce que de fait il n’est pas prêt». «L’hystérisation autour de ce projet de loi, notamment du fait de la « Manif pour tous » qui s’est appuyée sur des fantasmes, des peurs imaginaires pour hystériser le débat, est préoccupante et problématique et nous ne voulons pas que ce projet de loi prospère dans ce type de conditions», a-t-elle néanmoins concédé. Et d’ajouter:

«Il a toujours été dit, je ne sais plus en quelle langue le dire, que la PMA ne faisait pas partie de ce projet de loi Famille».

Mémoire courte? Il y a un an exactement, Dominique Bertinotti affirmait que la PMA serait dans la loi Famille, ce que confirmait Jean-Marc Ayrault sur Twitter. Après les Geonpi ou l’ecotaxe, le gouvernement cède une nouvelle fois à celles et ceux qui font le plus de bruit. Une capitulation qui n’est pas propice à ramener la «sérénité» à laquelle il dit pourtant aspirer. Photos Capture (Christiane Taubira) / via Facebook (Najat Vallaud-Belkacem)