Que pensez-vous du recul du gouvernement? Je suis extrêmement déçue, je regrette ce recul du gouvernement que j’ai du mal à comprendre. La loi en préparation apportait des réponses juridiques à des questions importantes comme le statut du beau-parent ou la recherche des origines. C’est dans l’intérêt de l’enfant. Quant à la PMA, je porte ce sujet car j’ai la conviction qu’elle permet d’apporter l’égalité aux couples de femmes. J’ai par ailleurs toujours été opposée à la GPA.

Le Parti socialiste s’était engagé sur ces questions. Comment peut-on encore lui faire confiance? L’élue parisienne que je suis, avec Bertrand Delanoë, Patrick Bloche, Christophe Girard, Annick Lepetit et bien d’autres, sommes les fers de lance des questions de société au PS. Le PS parisien a toujours défendu ces sujets de société avant même que le PS ne le fasse au plan national. Si je suis élue maire de Paris, je continuerai à m’exprimer en ce sens, je porterai ce sujet avec force. Paris et les élu.e.s autour de moi sommes engagé.e.s pour l’égalité, qui n’a jamais rien retiré à personne. Au niveau national, le retrait de la loi Famille est un problème car il est maintenant impossible pour les parlementaires de l’amender. À la place qui est la mienne, je pèserai de tout mon poids pour que ces questions reviennent à l’Assemblée nationale. Il ne faut pas rester tétanisé.e.s face aux mouvements ultra-conservateurs qui ne représentent pas le peuple souverain.

Vous avez travaillé avec Dominique Bertinotti lorsqu’elle était maire du IVe arrondissement. Selon vous, doit-elle démissionner? Je ne me mets pas à sa place. Elle était très engagée sur ces questions quand elle était maire du IVe arrondissement. Je lui laisse le soin de trouver la position la plus conforme à sa conscience et à son combat. Pour ma part, j’affirme un engagement plein et entier en tant que candidate et, je l’espère, si les Parisien.ne.s m’accordent leur confiance, future maire.

Photo René-Jacques Julien